Depuis 2000 ans

La bioéthique à la lumière de la foi chrétienne selon Jérôme Lejeune

DR

Protéger et promouvoir en toute circonstance la dignité de la personne, constamment menacée par les avancées biotechnologiques elles-mêmes. Tel était le thème d’une conférence internationale d’ampleur qui s’est tenue à Rome (Jérôme Lejeune et les défis de la bioéthique au XXIe siècle) à l’occasion du 30e anniversaire de sa mort, dans le but de défendre et de promouvoir en toute occasion la dignité de la personne, constamment menacée par les avancées biotechnologiques elles-mêmes.

“La médecine n’est pas l’art du bonheur ; c’est l’art de protéger la vie”, écrit le serviteur de Dieu Jérôme Lejeune.

C’est dans cet esprit de lucide conscience qu’une conférence internationale d’envergure s’est déroulée à Rome (Jérôme Lejeune et les défis de la bioéthique au XXIe siècle) à l’occasion du 30e anniversaire de sa mort, dans le but de protéger et de promouvoir en toute circonstance la dignité de la personne, constamment menacée par les mêmes conquêtes biotechnologiques.

“Le diagnostic prénatal nécessite un regard ouvert sur l’attendu, pas sur la discrimination”, déclare Maria Luisa di Pietro, professeur associé de médecine légale à l’Université catholique du Sacré-Cœur de Rome et directrice du Centre de recherche et d’études sur la santé procréative. Il est en effet nécessaire d’équilibrer “les techniques autorisées par rapport aux bénéfices attendus qui visent toujours, en cas de découverte d’une pathologie de l’embryon, à un projet de thérapie et de soins”.

“Il y a une politique eugénique très forte au Japon”, une conspiration contre les fœtus atteints de syndrome de Down ou de malformations, admet Eiichi Momotani, enseignant à l’Institut de recherche médicale comparative de Tsukuba-city au Japon. D’autre part, “le racisme chromosomique est horrible, tout comme toutes les autres formes de racisme”, déclarait sans détour Jérôme Lejeune lui-même alors qu’il constatait avec amertume comment même les résultats de ses recherches et découvertes en génétique étaient manipulés pour effectuer des diagnostics dans une optique d’eugénisme sélectif.

“La sélection embryonnaire, l’édition génétique et la cryoconservation promettent que ce que l’on veut peut être obtenu dans l’optique d’une amélioration permanente de l’espèce.” Avec ces mots, Elena Postigo, membre correspondant de l’Académie pontificale pour la vie et directrice académique de la section espagnole de la Chaire internationale de bioéthique Jérôme Lejeune, approfondit la dérive eugénique actuelle du transhumanisme : une “religion sécularisée, un gnosticisme technoscientifique” qui décrète en fait quelles vies sont qualitativement dignes de vivre et lesquelles ne le sont pas – un paradoxe dans une société qui fait de la non-discrimination son mantra.

“Il est nécessaire de récupérer la sagesse antique et la philosophie chrétienne non seulement pour réfléchir à ce qui s’est déjà passé, mais surtout pour prévoir à moyen et long terme les problèmes de ces technologies hybrides avec la corporéité humaine”, souligne opportunément Alberto Carrara, doyen de la faculté de philosophie et coordinateur du Groupe de neurobioéthique de l’Université pontificale Regina Apostolorum, en réfléchissant aux dernières frontières de la neuroéthique jusqu’aux expérimentations d’intelligence organoïde, comme le singe d’Elon Musk déjà capable de jouer à Pong.

“Éviter la douleur et soigner”, disait Lejeune. “Les soins en fin de vie doivent plutôt être garantis pour tous, en évitant la souffrance et en tenant compte des besoins dans le respect de la dignité de la personne”, déclare William Sullivan, professeur de médecine à l’Université de Toronto et membre ordinaire de l’Académie pontificale pour la vie. En ce qui concerne spécifiquement le fœtus en tant que patient, la médecine authentique a fait de grands progrès avec la réanimation et les soins palliatifs néonatals.

À cet égard, Giuseppe Noia, directeur de l’Hospice périnatal du Policlinico Gemelli, souligne les résultats positifs d’une médecine partagée qui combine diagnostic et traitement, personnalisation du cas, échange d’informations et hypothèses de traitement dans un climat d’alliance thérapeutique avec les parents. D’autre part, il est également nécessaire de “mesurer la douleur du fœtus” – étant donné qu’il est maintenant établi que le bébé dans le ventre le ressent – en relation avec les thérapies appropriées à lui administrer et de considérer que “les pathologies prénatales et les handicaps ne sont jamais un critère pour arrêter les soins”, comme le souligne Carlo Bellieni, néonatologiste et pédiatre de l’hôpital universitaire de Sienne.

“Une femme payée pour fournir ses ovocytes, la sélection du sexe, un enfant qui ne connaîtra jamais sa mère et une mère porteuse en Californie qui devra se séparer de l’enfant qu’elle a porté pendant neuf mois et acheté par des commanditaires venus le chercher en Chine.” C’est Jennifer Lahl, infirmière en soins pédiatriques intensifs et fondatrice du Centre de bioéthique et de culture en Californie, qui raconte cette histoire, emblématique des implications éthiques de la maternité de substitution, soulignant les nombreux risques pour la mère porteuse et l’enfant.

Mais “un embryon est bien plus qu’un être biologique”, souligne Sagrario Crespo, professeur de bioéthique à l’Université Francisco de Vitoria de Madrid. L’intérêt de l’enfant est utilisé comme prétexte pour la légalisation de la maternité de substitution, alors qu’en réalité, l’exact opposé se produit : “Rien ne peut effacer en lui le choc d’avoir été l’objet d’un contrat, qu’il soit commercial ou gratuit, et l’abus d’être arraché à la mère qui l’a porté”, observe Aude Mirkovic, professeur de droit privé à l’Université Paris-Saclay.

En présentant des données sur la dysphorie de genre aux États-Unis, Alfonso Oliva, chirurgien plasticien et reconstructif à Washington, témoigne que la transition de genre ne favorise pas du tout le bien-être psychophysique des patients, contredisant ainsi le récit idéologique répandu.

“Ceux qui prennent des hormones ont un risque 18 fois plus élevé de développer un cancer et les bloqueurs de puberté ont un impact négatif significatif sur la croissance osseuse et la fertilité”

; ceux qui subissent des interventions pour la transition de genre ont des répercussions irréversibles sur le plan physiologique et psychologique, telles que la dépression, la toxicomanie et les tentatives de suicide. “Il est nécessaire au contraire d’approfondir l’analyse des problèmes caractérisant le cours naturel du développement psychophysique des adolescents sans les attribuer immédiatement à la dysphorie de genre”, dans la conscience que “les thérapies affirmatives ne représentent pas le bon chemin”, ajoute Tasio Pérez, professeur de psychologie et de bioéthique à l’Université Francisco de Vitoria de Madrid.

“La découverte de la trisomie 21, l’amour pour la médecine hippocratique toujours au service du patient, la charité dans la vérité, la dénonciation de l’eugénisme comme fausse compassion, le mérite d’avoir fait sortir la génétique de la pédiatrie pour en faire une discipline à part entière” constituent l’héritage scientifique fondamental de Lejeune, souligne enfin Aude Dugast, postulatrice de sa cause de canonisation.

Ainsi, face aux défis bioéthiques actuels, résonnent les paroles du médecin français : “que pouvons-nous faire contre les mensonges ? Montrer la vérité”.

Avec Nbussola

Recevez chaque jour notre newsletter !