Depuis 2000 ans

Le Cardinal Zuppi critique l’Union européenne sur la guerre en Ukraine

Le Cardinal Matteo Zuppi, envoyé du Pape François pour la paix, répond en soulignant la libre volonté humaine et l’accumulation de mal comme des facteurs clés.

“Imaginer un monde sans guerres n’est pas de l’ingénuité. Dialoguer ne signifie pas accepter une paix injuste, mais trouver une paix juste et sûre”, a affirmé le Cardinal Matteo Zuppi.

Désigné par le Pape François pour diriger une mission destinée à atteindre la paix en Ukraine, le cardinal est intervenu lors d’une interview avec le journal Sussidiario.net à l’occasion de l’inauguration de la “XLIV Rencontre pour l’amitié entre les peuples”, qui se tient du 20 au 25 août 2023 à Rimini, en Italie.

Le Cardinal, également président de la Conférence épiscopale italienne, a expliqué qu’en ce qui concerne la fin du conflit en Ukraine,

l’Union européenne “fait très peu ; elle devrait en faire beaucoup plus. Elle doit s’efforcer par tous les moyens de soutenir les initiatives de paix, en suivant l’invitation du Pape François à une paix créative”.

La mission de paix du Cardinal Zuppi, confiée par le Pape François, travaille depuis mai à rétablir le dialogue entre la Russie et l’Ukraine.

Pourquoi Dieu a-t-il permis cette guerre en Ukraine ?

C’est la question posée au Card. Zuppi par le journal Sussidiario.it. Il a répondu :

“Dieu aime et c’est pourquoi il nous laisse libres de faire le bien ou le mal. Et la guerre est toujours le résultat d’une grande complicité, d’une accumulation de mal qui se transforme en machine de mort”.

“La vraie question, n’est pas où Dieu était, mais où était l’homme. Il y a une guerre parce que l’homme a désobéi au commandement de Dieu de ne pas tuer et, directement ou indirectement, est devenu complice du mal”.

Raviver l’esprit européen “La tâche de la mission voulue par le Pape François “, a argumenté le Cardinal Zuppi auprès de Sussidiario.net, “est de soutenir tout ce qui peut contribuer à la paix, à humaniser une expérience qui enlève la vie. Même le retour d’un seul enfant ukrainien dans sa maison est une manière d’affirmer la paix et de vaincre la logique de la violence”.

“Nous ne devons en aucun cas nous habituer à la guerre. La paix est toujours possible, mais nous devons la désirer et la chercher à tout prix, par les bons chemins et avec une détermination ferme”, a exprimé le Card. Zuppi.

Pour résoudre le conflit entre l’Ukraine et la Russie, “nous avons besoin de la capacité de rassembler les différents acteurs, en les impliquant tous”, a expliqué le leader ecclésiastique italien. “Nous devons rechercher une renaissance de l’esprit européen et comprendre à quel point cela est essentiel pour garantir un avenir pacifique à nos enfants”, a-t-il ajouté.

“Nous devons croire qu’il y a un chemin pour atteindre une paix juste et sûre, non pas par les armes, mais par le dialogue. Cela n’est jamais une défaite et exige des garanties et une responsabilité de la part de tous”, a-t-il ajouté.

Après avoir visité Kiev, Moscou et Washington, l’envoyé du Pape François pour la paix espère également se rendre à Pékin.

Recevez chaque jour notre newsletter !