Depuis 2000 ans

Le martyre du père Michal Olszewski : torturé et prisonnier politique en Pologne

Le magazine conservateur polonais Sieci a récemment rapporté un récit alarmant des épreuves subies par le prêtre au cours des 60 premières heures suivant son arrestation. Ces méthodes, qui suscitent des inquiétudes quant au respect des droits fondamentaux, rappellent les périodes sombres de l’histoire où le clergé était persécuté, même sous des régimes prétendant respecter l’État de droit. Ces événements se sont déroulés sous l’administration de Donald Tusk, souvent associé à une vision européenne intégrationniste et au respect des principes de l’État de droit.

Les proches du prêtre ont rapporté fidèlement les conditions dans lesquelles il est détenu, décrivant un calvaire inhumain orchestré par le Parquet national sous la direction du ministre de la Justice, Adam Bodnar, et dissimulé avec soin par l’Agence de la Sécurité Intérieure (ABW).

« Lors de mon arrestation, j’ai été réveillé par un groupe de personnes portant des cagoules. » Durant le transport vers Varsovie, le Père Michal a demandé à faire une pause pour aller aux toilettes, mais les fonctionnaires ont préféré s’arrêter dans une grande station-service, selon ses mots,

« Le convoi est entré dans la station Orlen avec les sirènes allumées […]. On m’a menotté dans les toilettes de la station et, après en être sorti, les agents de l’ABW ont commandé des hot-dogs pour eux, tandis que j’étais menotté au milieu du magasin de la station. Les gens prenaient des photos de moi et des agents en cagoule. J’ai également demandé à acheter quelque chose à manger (douze heures s’étaient écoulées depuis mon arrestation), mais ils m’ont répondu “ils n’achètent pas”. J’ai pris mon premier repas après soixante heures, quand mon avocat m’a apporté un paquet de mon frère devant le tribunal ! J’ai eu mon premier contact avec mon avocat seulement vingt heures après mon arrestation. »

Placé en cellule, le Père Olszewski a été confronté à l’absence de nourriture et d’eau tard dans la nuit : « Il n’y a ni dîner ni eau à cette heure-ci », lui ont déclaré les agents. Suppliant finalement pour un peu d’eau du robinet, il a reçu de l’eau du robinet dans la bouteille présente dans sa cellule. Le matin, lorsqu’il a demandé à aller aux toilettes, on lui a dit : « Pisse dans la bouteille ».

Le récit poignant du Père Michal révèle un traitement d’une brutalité préméditée, habituellement réservé aux criminels les plus dangereux, tels que les terroristes.

« Quand je suis retourné dans ma cellule, j’ai nettoyé l’endroit occupé par le détenu précédent et me suis couché épuisé. Mais soudainement, la lumière s’est allumée. C’est là que j’ai découvert que j’étais sous “surveillance spéciale”.

Il y avait une caméra, des menottes, même lors des promenades, l’isolement des autres […], la lumière allumée toute la nuit, à toute heure ! Cela a duré les deux premières semaines. »

Le Père Olszewski a été confronté à une série de harcèlements et de traitements inhumains, sous l’œil de spectateurs et d’agents, qui ont commenté ironiquement « Bienvenue en enfer ». Cette pression continue, incluant des fouilles corporelles humiliantes lors de chaque transfert, l’a profondément affecté :

« Je n’ai pas beaucoup dormi ces dernières nuits, le stress l’emportait. C’est comme si je regardais un film où je suis moi-même l’acteur principal. »

Krzysztof Wasowski, avocat du prêtre, dénonce l’acharnement des agents pénitentiaires et la sévérité injustifiée des restrictions imposées à son client. Selon lui, ces mesures visent clairement à « briser » le prêtre, à le contraindre à avouer des accusations incertaines sous la pression explicite du parquet. « Les agents de l’ABW ont persuadé mon client que tout cela se passait sur ordre direct du procureur. “Si vous témoignez, le procureur vous laissera rentrer chez vous”, répétaient-ils à mon client. »

L’acharnement contre le prêtre s’étend même à des refus malveillants d’acheminer des colis de produits d’hygiène envoyés par sa famille, est-ce une autre preuve supplémentaire d’un système judiciaire détourné de ses principes fondamentaux ?

Recevez chaque jour notre newsletter !