Depuis 2000 ans

Le synode au grand complet…avec les Français

Près d’un tiers des 364 délégués votants de la 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques ont été directement choisis par le pape François, notamment le père jésuite américain James Martin, commentateur fréquent sur les questions d’inclusion des personnes LGBTQ+ ; l’ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Gerhard Ludwig Müller, et le cardinal Blase Cupich de Chicago. Pour la première fois, les laïcs participeront non seulement à l’assemblée du Synode des évêques, mais ils seront également membres à part entière, avec la possibilité de voter sur un document final à la fin du processus en octobre 2024.

POUR LA FRANCE :

La Conférence des évêques de France (CEF) a élu quatre évêques pour la représenter :

Mgr Alexandre Joly, évêque de Troyes,

Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Grenoble-Vienne,

Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre

Mgr Benoît Bertrand, évêque de Mende.

Le cardinal Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille, participera aussi en tant que membre de nomination pontificale.

Deux femmes

Anne Ferrand, laïque consacrée dans le diocèse de Rodez, avec droit de vote au même titre que les évêques.

Cette responsable du service diocésain de formation et aumônier à la maison d’arrêt de Rodez, avait participé également à l’assemblée continentale de Prague en février dernier, qui marquait la deuxième étape du Synode, après l’étape locale.

Et la religieuse xavière sœur Nathalie Becquart participera à l’assemblée d’octobre. Elle a donc été, historiquement, la première femme à se voir accorder le droit de vote lors d’un synode.

Par ailleurs, le pape François a choisi 120 délégués, dont les cardinaux américains Wilton Gregory de Washington D.C., Paul Etienne de Seattle, Sean O’Malley de Boston et Robert McElroy de San Diego. Vous pouvez consulter la liste complète des participants du Vatican ici. En plus des prélats américains choisis par le pape François, la Conférence des évêques des États-Unis a élu cinq membres pour assister à l’assemblée du synode : le cardinal Timothy Michael Dolan de New York ; l’évêque Daniel Flores de Brownsville, Texas ; l’évêque Robert Barron de Winona-Rochester, Minnesota ; l’évêque Kevin Rhoades de Fort Wayne-South Bend, Indiana, et l’archevêque Timothy Broglio, président de la Conférence des évêques américains. Pendant cette assemblée vaticane qui durera près d’un mois, les délégués discuteront des questions posées dans l’Instrumentum laboris récemment publié, qui aborde des sujets sensibles tels que les femmes diacres, le célibat des prêtres, l’inclusion des personnes LGBTQ+, et met en évidence le désir de créer de nouvelles instances institutionnelles permettant une plus grande participation des “fidèles”.

Ce document de 50 pages propose également une “méthode synodale” de spiritualité axée sur l’écoute de l’Esprit Saint et “le discernement des signes des temps”,

et appelle à de nouveaux programmes de formation pour former les candidats au ministère ordonné “dans un style et une mentalité synodale”. Parmi les évêques allemands participant à l’assemblée, on retrouve le président de la Conférence des évêques allemands (DBK), Mgr Georg Bätzing de Limburg, Mgr Franz-Joseph Overbeck d’Essen et Mgr Bertram Johannes Meier d’Augsbourg, choisis en tant que représentants de la DBK, ainsi que les choix papaux Mgr Felix Genn de Münster et Mgr Stefan Oster de Passau, ainsi que le cardinal Müller. Oster fait partie des quatre évêques allemands qui ont récemment voté contre le financement de la prochaine étape du controversé processus de réforme synodale allemande. Plus de 50 femmes participeront en tant que membres votants à l’assemblée du synode prévue du 4 au 29 octobre au Vatican.

Parmi elles, on compte la sœur nicaraguayenne Xiskya Valladares, connue sous le nom de religieuse “tweeteuse”, qui est professeure et journaliste basée en Espagne et cofondatrice d’iMision, une organisation visant à soutenir la présence de l’Église dans le monde numérique. Parmi les délégués laïcs choisis par le pape figurent les Américains Cynthia Bailey Manns, directrice de l’apprentissage des adultes à la communauté catholique Sainte-Jeanne-d’Arc à Minneapolis, Minnesota, et Wyatt Olivas, un musicien adulte jeune de Cheyenne, Wyoming.

Mais aussi des délégués laïcs d’Europe comprennent Enrique Alarcón Garcia, président de la Fraternité chrétienne des personnes handicapées basée en Espagne. Le cardinal Marc Ouellet, le cardinal Luis Ladaria Ferrer, SJ, et le cardinal Óscar Rodríguez Maradiaga comptent parmi les cardinaux nommés par le pape pour assister à l’assemblée du synode. Le cardinal Charles Muang Bo de Yangon, l’évêque Stephen Chow de Hong Kong et l’archevêque Anthony Fisher de Sydney participeront également. Le cardinal irlando-américain Kevin Farrell participera en tant que délégué de la Curie romaine, et le cardinal Joseph Tobin de Newark sera automatiquement délégué en tant que membre ordinaire du conseil du synode. Le supérieur général des jésuites, Arturo Sosa, et la sœur Elizabeth Mary Davis, R.S.M., font partie des délégués représentant les ordres religieux. Le père Timothy Radcliffe, OP, éminent théologien britannique qui a été critiqué par certains pour ses déclarations sur l’homosexualité, est répertorié en tant qu’assistant spirituel, une fonction sans droit de vote au Synode sur la Synodalité.

Radcliffe, qui a été maître de l’Ordre des Prêcheurs de 1992 à 2001, dirigera également une retraite de trois jours pour tous les participants du synode avant l’assemblée. Dans un changement par rapport aux synodes récents, le pape François a divisé l’assemblée générale en deux sessions, l’une devant se tenir en octobre 2023 et la seconde en octobre 2024. Selon le cardinal Mario Grech, responsable du bureau du synode au Vatican, les conclusions ne seront tirées qu’après la deuxième session en 2024.

À la fin de la première session de cette année, la direction du synode proposera aux participants quelques idées sur ce qu’il faut faire entre les deux sessions. Le Synode sur la Synodalité de l’Église catholique est en cours depuis octobre 2021. À la fin du processus en 2024, les participants de l’assemblée du synode voteront sur un document final consultatif qui sera présenté au pape, qui pourra décider, s’il le souhaite, d’adopter le texte en tant que document pontifical ou d’écrire le sien à la conclusion du synode. Le pape François a déclaré qu’il considère l’Esprit Saint comme “le cœur de la synodalité”.

“Le synode actuellement en cours est – et doit être – un voyage en accord avec l’Esprit, et non pas un parlement revendiquant des droits et des besoins selon l’agenda du monde, ni une occasion de suivre les vents changeants. C’est une opportunité d’être docile au souffle de l’Esprit Saint”,

a déclaré le pape.

Selon le cardinal Mario Grech, responsable du bureau du synode au Vatican, les conclusions ne seront tirées qu’après la deuxième session en 2024. À la fin de la première session de cette année, la direction du synode proposera aux participants quelques idées sur ce qu’il faut faire entre les deux sessions.

Le Synode sur la Synodalité de l’Église catholique est en cours depuis octobre 2021. À la fin du processus en 2024, les participants de l’assemblée du synode voteront sur un document final consultatif qui sera présenté au pape, qui pourra décider, s’il le souhaite, d’adopter le texte en tant que document pontifical ou d’écrire le sien à la conclusion du synode.

Le pape François a déclaré qu’il considère l’Esprit Saint comme “le cœur de la synodalité”.

“Le synode actuellement en cours est – et doit être – un voyage en accord avec l’Esprit, et non pas un parlement revendiquant des droits et des besoins selon l’agenda du monde, ni une occasion de suivre les vents changeants. C’est une opportunité d’être docile au souffle de l’Esprit Saint”, a déclaré le pape.

Le synode sur la synodalité de l’Église catholique, qui se déroule depuis octobre 2021, a atteint une étape importante avec la publication de la liste complète des participants. Cette assemblée, qui se tiendra en octobre, rassemblera des délégués du monde entier pour discuter de questions cruciales pour l’Église.

Parmi les participants, on trouve des représentants du clergé, des laïcs, des religieux et des religieuses, ainsi que des cardinaux et des évêques sélectionnés par le pape François lui-même. Ce synode est marqué par une nouveauté significative : pour la première fois, les laïcs seront des membres à part entière et auront le droit de voter sur le document final.

Les sujets abordés lors de cette assemblée seront variés et sensibles. Ils incluent notamment la question des femmes diacres, du célibat des prêtres, de l’inclusion des personnes LGBTQ+ et de la participation des fidèles à la prise de décision. Le document de travail, l’Instrumentum laboris, qui a été récemment publié, pose des questions clés et met en évidence le désir d’une plus grande participation des fidèles, tout en proposant une méthode synodale axée sur l’écoute de l’Esprit Saint et le discernement des signes des temps.

Le synode rassemble des voix diverses et représente une occasion pour l’Église catholique de réfléchir sur des questions cruciales et de chercher des voies nouvelles pour répondre aux défis du monde contemporain. Les délégués auront l’opportunité de partager leurs expériences, leurs réflexions et leurs propositions, dans le but d’enrichir la vie de l’Église et de répondre aux besoins des fidèles.

Le pape François a souligné l’importance de cet événement en le décrivant comme un voyage spirituel guidé par l’Esprit Saint. Il a également rappelé que la synodalité est une invitation à l’écoute mutuelle, à la recherche de la volonté de Dieu et à l’engagement commun pour le bien de l’Église et du monde.

Le synode sur la synodalité est une étape majeure dans les efforts de réforme et de renouveau de l’Église catholique. Il témoigne de la volonté de dialogue, d’ouverture et de participation de l’Église, en reconnaissant la valeur et l’importance des voix de tous les fidèles.

Au terme de ce processus, les délégués voteront sur un document final consultatif qui sera présenté au pape François. Il appartiendra ensuite au pape de décider de l’adoption de ce document en tant que texte pontifical ou d’écrire sa propre exhortation apostolique pour conclure le synode.

Le synode sur la synodalité offre donc une opportunité pour l’Église catholique de réfléchir, de débattre et de chercher des chemins pour une meilleure participation et une meilleure écoute mutuelle au sein de la communauté ecclésiale. Il témoigne de l’engagement de l’Église à rester en dialogue avec le monde et à répondre aux défis du temps présent, guidée par l’Esprit Saint.

LISTE COMPLETE DES PARTIPANTS :

Recevez chaque jour notre newsletter !

Lire aussi :