Depuis 2000 ans

Atteinte à la liberté religieuse: La ministre attaque l’abbé Raffray

Aurore Bergé - image wikipedia

La réaction de la ministre Aurore Bergé face aux propos tenus par l’abbé Matthieu Raffray français est un exemple troublant d’atteinte à la liberté religieuse. Aurore Bergé a choisi de porter cette affaire devant la justice, suscitant des inquiétudes quant à la protection des droits fondamentaux, y compris la liberté d’expression et de religion.

Elle juge “les propos insupportables relatifs à l’homosexualité ” et dans son message adressé à la DILCRAH, Aurore Bergé en a profité pour rappeler qu’elle « ne laisserait rien passer face à la haine, quelque qu’elle soit ».

Nous nous interrogeons sur le camp choisie par la haine; est-ce celui d’un abbé qui évoque l’enseignement du Christ ou celui d’une ministre républicaine qui attaque la doctrine chrétienne ?

Les déclarations de l’abbé ont été interprétées comme une atteinte aux homosexuels, en les comparant à d’autres faiblesses humaines, telles que la gourmandise ou la colère mais soulignons que l’abbé ne faisait que défendre ses convictions religieuses, comme le lui garantit la liberté religieuse.

“Ne savez-vous pas que ceux qui commettent l’injustice ne recevront pas le royaume de Dieu en héritage ? Ne vous y trompez pas : ni les débauchés, les idolâtres, les adultères, ni les dépravés et les sodomites”

PREMIÈRE LETTRE DE SAINT PAUL APÔTRE AUX CORINTHIENS

La démarche de la ministre de demander des poursuites judiciaires contre l’abbé soulève des questions sur la tolérance envers les opinions religieuses divergentes. Au lieu de favoriser un dialogue respectueux entre les différentes convictions, cette action risque de restreindre davantage la liberté religieuse et d’intimider ceux qui expriment des points de vue traditionnels fidèles à la doctrine chrétienne sur des questions morales.

Il est crucial de rappeler que la liberté religieuse est un pilier fondamental de toute société démocratique. Toutes les voix, même celles qui expriment des opinions contraires ( non violentes et sans haine ) , devraient être protégées et respectées sans crainte de représailles judiciaires.

Enfin la ministre aurait-elle poursuivi un rabbin ou un imam dont les religions condamnent encore plus sévèrement l’homosexualité ?

Les propos de l’abbé Raffray

Recevez chaque jour notre newsletter !