Suivez-nous

Persécutions

Au Mozambique, les djihadistes sèment la terreur auprès des communautés chrétiennes

Dans le nord du pays l’état islamique sème la terreur pour étendre son influence

©crédit photo-tous droits réservés - Cathédrale de Notre Dame de l'Immaculée Conception, Maputo, Mozambique

Quand Vasco de Gama arrive sur les côtes mozambicaines à la fin du XVe siècle, il y décrit une société très organisée et « supérieure ». L’Islam au Mozambique a une histoire millénaire et les Portugais estiment qu’elle est trop bien implantée et ne tentent pas de convertir les populations des côtes.  

Les relations sont donc essentiellement commerciales et sans être harmonieuses, elles ne sont pas ouvertement conflictuelles et on assiste à une cohabitation pacifique avec le christianisme.

De nos jours sur une population totale estimée à 33 millions d’habitants environ 19% sont musulmans et 60% chrétiens le reste se déclare d’une autre religion ou sans religion.

Dans le nord du pays l’état islamique sème la terreur pour étendre son influence, des églises ont été incendiées et des dizaines de milliers de personnes déplacées. Les chrétiens qui parviennent à échapper à la violence perdent souvent leurs moyens de subsistance et leurs biens et la présence de cartels de la drogue dans certaines régions rend leur vie encore plus difficile.

Les femmes chrétiennes sont harcelées et souvent violées et mariées de force avec des militants islamiques. Les enlèvements sont de plus en plus fréquents et les familles musulmanes qui soupçonnent une femme de s’être convertie au christianisme peuvent tenter de la forcer à épouser un musulman afin qu’elle ne puisse pas s’impliquer dans les activités de l’église. Témoignage d’une chrétienne :

« Les assaillants nous ont encerclés, j’ai réussi à me cacher dans les hautes herbes. Ils ne m’ont pas vu, mais j’ai regardé tout ce qui se passait. Je les ai vus attacher mon mari. Ils lui ont tranché la gorge et Je les ai vus tuer mon frère et quelques autres hommes de la même manière. Ils sont finalement partis, emmenant avec eux mes sœurs et d’autres femmes, je n’ai eu aucune nouvelle d’eux depuis. Je ne sais pas s’ils sont vivants ou morts ».

Cette Chrétienne doit maintenant s’occuper seule de ses 14 enfants sans son mari.

LIRE AUSSI  Sœur Maria De Coppi, religieuse italienne, tuée par des hommes armés dans le nord du Mozambique. Elle y était missionnaire depuis 59 ans

De son coté, le gouvernement, qui affirme tout mettre en œuvre pour lutter contre les djihadistes est également accusé de violences envers les civils.

A VOIR : images youtube Aide à l’Église en Détresse (Canada)

La Rédaction
redaction [@] tribunechretienne [.] com

Continuer la lecture
Publicité
Publicité

Les plus lus ces derniers jours