L’évêque de Lourdes affirme avoir reçu “un tas de lettres” de fidèles catholiques du monde entier alors qu’il envisage la possibilité de retirer les mosaïques du sanctuaire, qui sont l’œuvre du présumé agresseur sexuel, le P. Marko Rupnik.

Monseigneur Jean-Marc Micas, du Diocèse de Tarbes et Lourdes, a indiqué à CNA, l’agence de presse en anglais d’EWTN News, qu’il espère prendre une décision sur le sujet ce printemps. L’évêque a formé l’année dernière une commission spéciale pour déterminer le sort des mosaïques de Rupnik.

“Cela occupe mon esprit, ma prière et mon cœur tous les jours, surtout lorsque je rencontre des victimes d’abus”,

a déclaré Mgr Micas.

Lors d’une entrevue à la résidence épiscopale de Lourdes, l’évêque a reconnu que, pour lui, il s’agit d’une “décision très, très difficile à prendre…”Mais je dois y parvenir”, a-t-il souligné.

Depuis la formation de la commission, Mgr Micas a rencontré des victimes d’abus, écouté des experts en art sacré et consulté des experts de toute la France qui font partie de la commission.

“Et nous avons reçu des lettres et des lettres, un tas de lettres, de personnes très en colère parce que les mosaïques sont toujours là, et d’autres personnes très en colère à l’idée que nous pourrions les enlever”, a-t-il affirmé.

L’évêque a partagé comment il a été inspiré pour former la commission après une conversation avec une femme anglaise qui avait travaillé comme bénévole à Lourdes pendant de nombreuses années, aidant les malades venus se laver dans les bains à la recherche de guérison.

“Elle m’a dit… ‘J’ai rencontré de nombreuses, nombreuses femmes qui viennent à Lourdes pour demander une guérison spéciale après avoir été abusées. Et elles viennent à l’Immaculée Conception pour être guéries, pour trouver du réconfort'”, a-t-il expliqué.

La femme a continué à décrire comment l’architecture de la Basilique de l’Immaculée Conception de Lourdes, avec sa grande entrée à deux grandes rampes courbes de chaque côté de la “Place du Rosaire”, visait à transmettre “les bras de l’Immaculée Conception en train d’embrasser ses enfants”.

“‘Et maintenant, pour moi, pour elles, les bras ne sont pas les bras de l’Immaculée Conception. Ce sont les bras du P. Rupnik'”, a souligné cette femme.

Cette rencontre a profondément impressionné l’évêque et le recteur du Sanctuaire de Lourdes, et peu de temps après, en mars 2023, Monseigneur Micas a décidé de former la commission sur les mosaïques de Rupnik.

Quelle que soit la décision de Monseigneur Micas celle-ci ne laissera pas indifférent.

Source CNA

Print Friendly, PDF & Email


Je soutiens Tribune Chrétienne


Recevez chaque jour notre newsletter !


Print Friendly, PDF & Email