Depuis 2000 ans

[ Dernière Minute] La chute de l’Eglise de France

Suite au dernier rapport ENQUETE et TRAJECTOIRES de l’INSEE on ne peut que déplorer l’accélération impressionnante du déclin du nombre de catholiques en France .

Circonstance aggravante, on constate que la transmission des convictions religieuses est la plus faible chez les catholiques. Les églises évangéliques, ces sectes déguisées en églises gagnent du terrain sur fond de misère humaine et de désert spirituel.

Par ailleurs on constate que le Pèlerinage de Chartres,rassemblant de nombreux fidèles attachés à la messe traditionnelle affiche complet et a clôturé ses inscriptions plus tôt que prévu: peut-être faudrait-il méditer consciencieusement les racines d’un tel succès, de quoi ont vraiment soif les fidèles catholiques ?

Autant de questions que doivent se poser en toute conscience les évêques de France.

Nous déplorons que certains responsables de l’Eglise manquent de fermeté à l’égard de nombreux prêtres qui se comportent plus comme des employés de l’Eglise que comme des hommes de sacerdoce; célébrant la messe en jeans basket ils ont beau jeu de revendiquer une simplicité d’apparence au détriment d’une tenue de témoignage.

Enfin tant que des prêtres , tel le Père Jasseron, véhiculeront une vision dégradée de la doctrine chrétienne en la vidant de son contenu sacré nous serons condamnés à disparaitre…


Voici les chiffres de l’enquête :

En 1872, dans le dernier recensement public à avoir comporté officiellement une rubrique religieuse, plus de 97 % des Français avaient répondu qu’ils étaient catholiques romains et on en était encore pratiquement là au début des années 1960. Dans TEO 2, ils ne sont plus que 25 % à le dire.

  • On observe une croissance spectaculaire des protestants évangéliques.
  • La hausse des sans-religion déclarés se poursuit, passant de 45 à 53 %.
  • Le catholicisme, qui passe de 43 à 25 %, soit une quasi-division par deux en douze ans poursuit son déclin. La crise du COVID et celle des « abus sexuels » n’y sont pas pour rien. Surtout, on ne constate pas de stabilisation, mais une baisse continue, qui semble inexorable.
  • Le nombre de musulmans passe de 8 à 11 %. 26 % des femmes portent le voile.
  • Le judaïsme devient de plus en plus identitaire.
  • Le bouddhisme reste stable, à 0,5 % des Français.
  • L’immigration joue un rôle croissant, parce qu’elle reste massive (plus de 10 % d’immigrés).La capacité à transmettre les convictions à la génération suivante est liée à la dimension identitaire de la religion et à la ferveur. Le meilleur est celui de l’islam (91 %), le moins bon celui du catholicisme (67 %), mais celui des évangéliques (69 %) est plus près des seconds que des premiers.L’efficacité du prosélytisme est surtout évangélique, l’islam ayant tendance à se spécialiser dans la reconversion identitaire de populations d’origine musulmane.

Recevez chaque jour notre newsletter !

Lire aussi :