Depuis 2000 ans

L’amour des pauvres

Saint JoséMaria, canonisé par Jean-Paul II le 6 octobre 2002, avait parmi ses préoccupations premières l’amour des pauvres. C’est à l’occasion de la journée mondiale des pauvres, instituée par le Pape François, que nous avons retrouvé ces textes riches d’enseignement et d’humilité. Chaque phrase est à méditer dans son quotidien.

Nous vous les livrons tels qu’ils sont repris sur le site de l’Opus dei : opusdei.org.

1. C’est par “le sentier d’un mécontentement juste” que les masses sont parties et qu’elles sont en train de partir.

Comme cela fait mal !… Mais combien de gens déçus avons-nous fabriqués, parmi ceux qui se trouvent spirituellement ou matériellement dans le besoin ! — Il faut introduire de nouveau le Christ parmi les pauvres et les humbles : c’est précisément chez eux qu’Il se trouve le plus à l’aise.

Sillon, 228

2. Les pauvres, disait notre ami, sont mon meilleur livre de spiritualité et le motif principal de mes prières. J'”ai mal aux pauvres” et j'”ai mal au Christ” avec eux. Et, à cause de ce mal, je comprends que je L’aime et que je les aime.

Sillon, 827

3. Servir les enfants et leur donner une bonne formation ; s’occuper avec affection des malades.

Pour se faire comprendre des âmes simples, il faut humilier son intelligence. Pour comprendre les pauvres malades, il faut humilier son cœur. C’est ainsi que, l’entendement et le cœur à genoux, tu parviendras facilement à Jésus par le chemin sûr de la misère humaine, de notre propre misère, qui nous conduit à nous anéantir pour que Dieu puisse bâtir sur notre néant.

Forge, 600

4. Un homme ou une société qui demeure passif devant les tribulations ou les injustices, qui ne s’efforce pas de les soulager, n’est pas à la mesure de l’amour du Cœur du Christ. Les chrétiens — tout en conservant leur liberté d’étudier et de mettre en œuvre différentes solutions, en fonction d’un pluralisme légitime —, doivent avoir en commun ce même désir de servir l’humanité. Sinon, leur christianisme ne sera pas la Parole et la Vie de Jésus : ce sera un déguisement, une mascarade devant Dieu et devant les hommes.

Quand le Christ passe, 167

5. Et il n’est pas juste non plus de s’enfermer dans une religiosité commode et d’oublier les besoins d’autrui. Celui qui désire être juste aux yeux de Dieu, fait tout pour que la justice se réalise parmi les hommes, non seulement pour ne pas laisser bafouer le nom de Dieu, mais aussi parce qu’être chrétien veut dire assumer toutes les nobles aspirations que l’on trouve dans le cœur de l’homme. En paraphrasant un texte célèbre de l’apôtre Jean, on peut dire que celui qui se dit juste envers Dieu, sans l’être envers les autres hommes, est un menteur, et que la vérité n’est pas en lui.

Quand le Christ passe, 52

6. On comprend fort bien l’impatience, l’angoisse, les désirs inquiets de ceux dont l’âme naturellement chrétienne ne peut se résigner à l’injustice personnelle et sociale dont le cœur humain est capable. Tant de siècles de coexistence entre les hommes et tant de haine encore, tant de destruction, tant de fanatisme, accumules dans le regard de ceux qui ne veulent point voir et dans le cœur de ceux qui ne veulent point aimer.

Les biens de la terre répartis entre quelques-uns ; les biens de la culture enfermés dans les cénacles. Et au-dehors la faim de pain et de savoir, et les vies humaines, pourtant saintes, puisque venant de Dieu, traitées comme de simples choses, comme des éléments d’un calcul statistique. Je comprends et je partage cette impatience qui me fait lever les yeux vers le Christ, ce Christ qui nous invite sans cesse à mettre en pratique ce commandement nouveau de l’amour.

Quand le Christ passe, 111

7. Toutes les situations auxquelles nous sommes confrontés au cours de notre vie sont autant de messages divins, qui nous demandent une réponse d’amour, un don de nous-mêmes aux autres. Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, escorté de tous les anges, alors Il prendra place sur son trône de gloire. Devant Lui seront rassemblées toutes les nations, et Il séparera les gens les uns des autres, tout comme le berger sépare les brebis des boucs. Il placera les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche.

Quand le Christ passe, 111

8Vivre en pensant aux autres, user des choses de manière qu’il y ait toujours quelque chose à offrir aux autres : telles sont les dimensions de la pauvreté, qui garantissent le détachement effectif.

Entretiens, 111

9. La bonne nouvelle est annoncée aux pauvres (Mt 11, 6), lisons-nous dans l’Écriture précisément comme un des signes qui présagent l’avènement du royaume de Dieu. Celui qui n’aime pas et qui ne pratique pas la vertu de pauvreté n’a pas l’esprit du Christ. Et cela vaut pour tout le monde, tant pour l’anachorète qui se retire dans le désert que pour le chrétien ordinaire qui vit au sein de la société humaine en utilisant les ressources de ce monde ou en étant privé de beaucoup d’entre elles.

Entretiens, 110

10. Reprenant une expression du prophète Isaïe — discite benefacere (1, 17) —, j’aime à dire qu’il faut apprendre à vivre toute vertu et peut-être plus spécialement la pauvreté. Il faut apprendre à la vivre, pour qu’elle ne se réduise pas à un idéal sur lequel on peut écrire beaucoup mais que personne ne réalise sérieusement. Il s’agit de faire comprendre que la pauvreté est une invitation que le Seigneur adresse à tous les chrétiens. C’est, par conséquent, un appel concret qui doit informer toute la vie de l’humanité.

Entretiens, 110

Source opusdei.org

Recevez chaque jour notre newsletter !