Le cardinal Muller répondait aux questions de LifeSite News à Rome, il est revenu longuement sur sa critique sans équivoque de la position très publique et constante du président Biden en faveur de l’avortement.

Le cardinal Müller a comparé le meurtre des non-nés et des personnes âgées aux temps « nazis », déclarant que « c’est absolument inacceptable de dire que vous êtes catholique et de promouvoir et justifier le meurtre de personnes humaines, de personnes [dès] le début dans le ventre de la mère, jusqu’à la dernière respiration [avec] l’euthanasie… Tuer des personnes malades, comme aux temps nazis, c’est de l’euthanasie. »

« Le mot ‘avortement’ est trop doux. La réalité est le meurtre, l’assassinat d’une personne vivante », Il n’y a aucun droit de tuer une autre personne. C’est absolument contraire au cinquième commandement. »

Cardinal Muller

Pour le cardinal Müller , Joe Biden est « nominalement catholique, en réalité il est nihiliste. C’est du cynisme et du cynisme absolu. »

S’appuyant sur l’exemple de saint Ambroise de Milan et de son excommunication de l’empereur Théodose, le cardinal Müller a commenté comment « à d’autres époques, des gens comme ça seraient excommuniés. Dans les temps anciens, les papes et les évêques n’avaient pas peur d’excommunier, comme saint Ambroise de Milan. »

Il s’est levé et nous devrions aussi nous lever et sans regarder les conséquences pour nous, nous devons nous lever et ouvrir la bouche pour les personnes innocentes et protéger leur vie. Saint Jean-Baptiste a dit à Hérode : « Il ne t’est pas permis de prendre la femme de ton frère pour être ta propre femme. » Il ne vous est pas permis de tuer des personnes ou de justifier [cela], d’ouvrir la législation comme si c’était légal ou légitime. Tuer des gens n’est pas une forme de régulation de la naissance et ainsi de suite, mais c’est absolument immoral de tuer d’autres personnes.

Et aujourd’hui, tout l’Occident, les dirigeants occidentaux, la grande majorité des dirigeants occidentaux aussi en Allemagne et en France, comme ils ont fait le droit de tuer leur peuple, ils ont perdu leur crédibilité. Ils ne peuvent pas, d’une part, protester contre le meurtre de personnes innocentes en Ukraine, tout en permettant d’autre part le meurtre de leurs propres enfants.

Réitérant la vérité selon laquelle Dieu est « le créateur de chaque corps et nous, les humains, ne sommes que les administrateurs de la bonne volonté de Dieu », le cardinal Müller a observé que l’humanité était appelée à prendre soin de ses semblables, car « nous ne pouvons pas distinguer ou séparer l’amour de Dieu pour nous et notre amour pour Dieu, de l’amour de nous envers notre prochain et de l’amour de notre prochain envers nous. »

Vers une excommunication ?

Suite au discours sur l’état de l’Union du président américain, LifeSite a lancé un appel d’action public aux évêques américains pour qu’ils excommunient le président pro-avortement.

Interrogé à propos de cette initiative, le cardinal Müller a déclaré que « la première étape doit être que nous [devons] avoir la conférence des évêques américains unanime, probablement avec d’autres religieux chrétiens, d’autres leaders religieux, [donner] une déclaration absolument claire, forte et forte que cela [l’avortement] est contraire à toutes les normes et principes de l’humanité. »

Une telle déclaration serait dans ce sens : « Qu’ils [diraient] absolument clairement que quiconque dans une responsabilité publique qui, en tant que catholique, promeut cet infanticide, qu’ils sont excommuniés. »

L’Église catholique enseigne que l’avortement est toujours mauvais, car il tue un être humain innocent, violant ainsi l’interdiction de l’Église sur le meurtre. (CCC 2270-2272.) La note du CDF de 2004 déclare qu’un homme politique « faisant campagne et votant constamment pour des lois permissives sur l’avortement et l’euthanasie » manifeste une « coopération formelle » avec un péché grave, et doit être « refusé » l’eucharistie.

De plus, le Canon 915 du Code de droit canonique catholique dit que ceux qui « persévèrent obstinément » dans un « péché grave manifeste ne doivent pas être admis à la Sainte Communion. »

Le Code de droit canonique 915 interdit également explicitement à ceux en péché mortel de recevoir la communion : « Ceux qui ont été excommuniés ou interdits après l’imposition ou la déclaration de la peine et d’autres qui persistent obstinément dans un péché grave manifeste ne doivent pas être admis à la Sainte Communion. »

Développant le thème d’un politicien pro-avortement, le cardinal Müller a également noté que même s’il n’y a pas de processus formel d’excommunication, une personne ne doit pas être excusée de la gravité de ses actions en soutenant l’avortement.

Donc [même] dans le cas où l’on n’est pas formellement excommunié, si ces personnes reçoivent la Sainte Communion, elles ne reçoivent pas la Sainte Communion seulement avec leur bouche, [car] elles ne reçoivent pas la grâce.

Elles la reçoivent, selon les paroles de Saint Paul, pour leur propre condamnation, et Joe Biden et toutes ces personnes, elles doivent savoir qu’au jugement ultime, lorsqu’elles comparaîtront après leur mort devant le tribunal de Dieu, que c’est un péché mortel, ce qu’elles font. Même si elles ne le font pas personnellement, mais qu’elles sont des coopérateurs, des coopérateurs directs des meurtres de personnes innocentes.

Le cardinal Muller de poursuivre,

Joe Biden dit qu’il a fréquenté des écoles catholiques, mais je veux demander ce qu’il a appris là-bas ? Pour quelle est cette religion ?

Ce n’est pas seulement un certain sentiment d’appartenance, ou un peu de sentimentalité, ou un peu de spiritualité de sentiment de bien-être intérieur, de lire des poèmes ou des livres, et ainsi vous vous sentez bien, en regardant la nature et les pommes… tout est beau. Ce n’est pas la religion. La religion est une confession claire de toute votre personne, de tout votre être, pour vous donner en sacrifice à Dieu et pour les autres. C’est notre religion chrétienne.

L’esprit pro-avortement tue l’humanité En plus de ses commentaires sur la nature intrinsèquement mauvaise de l’avortement, le cardinal Müller a également noté les « idées étroites » du mouvement pro-avortement qui entraîne la destruction de l’humanité.

Le prélat allemand précise par ailleurs que ,

L’esprit pro-avortement, soutient que « seul mon bonheur est important, que c’est un critère ultime de définition du bonheur et du plaisir, de mon sens de ma vie. »

En revanche, le cardinal Müller a noté que « nous, en tant qu’êtres humains individuels, nous devons nous comprendre dans le contexte de notre famille, de notre groupe de nos amis, de nos camarades de classe, de notre culture, de notre nation et de l’humanité. »

Soulignant la nature intergénérationnelle de l’enseignement de la foi catholique, le cardinal allemand a souligné que l’esprit pro-avortement du bonheur individuel est fondamentalement contraire à la religion.

Source LifeSite à Rome

Print Friendly, PDF & Email



Recevez chaque jour notre newsletter !


Print Friendly, PDF & Email