L’archevêque argentin critique ouvertement les cardinaux qui soutiennent Fiducia Supplicans, Monseigneur Héctor Aguer, archevêque émérite de La Plata, en Argentine, a émis de fortes réserves à l’égard de deux cardinaux qui ont exprimé leur appui à la déclaration du Vatican intitulée “Fiducia Supplicans”, autorisant la bénédiction des couples homosexuels.

Dans un article paru le 2 février dans Infovaticana, Monseigneur Aguer évoque “la division palpable au sein de l’Église” qui se manifeste en réaction à la déclaration émise en décembre dernier par le Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF).

Après avoir présenté divers signes de la sécularisation de l’Occident, l’archevêque souligne que

“la vitalité de l’Église se déplace vers l’Est et prospère en Afrique et en Asie. C’est avec tristesse que je le constate, en tant que descendant d’Européens ayant adopté la culture européenne, mais l’esprit de révolution a ravagé la culture chrétienne ; la crise se manifeste dans le progressisme ecclésiastique, complice d’une révolution qui s’oppose à l’ordre naturel de la création.”

L’archevêque émérite a ensuite critiqué la position du cardinal Matteo Zuppi, président de la Conférence épiscopale italienne, qui s’est exprimé le 22 janvier au début de la session d’hiver du conseil épiscopal permanent de ce pays.

Le prélat a mentionné les arguments avancés par Zuppi pour justifier Fiducia Supplicans, qualifiant le document de “perspective de miséricorde” et de “regard bienveillant de l’Église envers tous les enfants de Dieu, sans remettre en cause les enseignements du magistère.”

“Encore une fois, une contradiction : même l’exemple de la ‘bénédiction’ proposée par [le cardinal préfet de la DDF Víctor Manuel] Fernández s’étend à l’aide mutuelle que les membres du couple se procurent, autrement dit, les unions homosexuelles sont approuvées”, a poursuivi l’archevêque argentin.

Monseigneur Aguer a également souligné ce qu’il a qualifié d’erreurs dans la théologie du cardinal Giuseppe Betori, archevêque de Florence, qui a exprimé son soutien à la déclaration en affirmant que “l’amour de Dieu n’a pas de limites et son œuvre cherche à surmonter les difficultés auxquelles l’homme est confronté.”

Le prélat argentin a répondu en expliquant que

“certes, l’amour du Père n’a pas de limites, et c’est pourquoi il peut bénir une personne homosexuelle, en l’appelant à vivre dans la chasteté, mais il ne peut pas simplement approuver l’union permanente de deux personnes homosexuelles, qui continuent dans le péché.”

Enfin Monseigneur Aguer a rappelé que tout catholique doit vivre “la conversion à Dieu et l’abandon du péché”, car “Dieu favorise la vertu et invite l’homme à vivre une vie vertueuse”.

Source CNA

Print Friendly, PDF & Email


Je soutiens Tribune Chrétienne


Recevez chaque jour notre newsletter !


Print Friendly, PDF & Email