Tribune Chrétienne

Depuis 2000 ans

selective focal photo of crayons in yellow box
Photo by Aaron Burden

Ne pas honorer son père et sa mère pour ne pas heurter les familles arc-en-ciel

En Italie, c’est le nouveau commandement inclusif à la base de la décision d’une école romaine, qui a déjà heurté plus d’une famille. Et cela continue à susciter de nombreux débats.Les enfants de l’école maternelle municipale Ada Negri de Rome sont les protagonistes involontaires de ce scandale.

Pour la Saint Joseph, contrairement aux années précédentes, ils sont rentrés chez eux sans les dessins habituels à offrir à leurs pères, malheureusement il ne s’agissait pas simplement d’un oubli. En effet, en demandant des explications aux enseignantes, les parents de ces derniers se sont entendus dire que :

la célébration de la fête des papa dans toutes les classes avait été annulée pour des raisons “d’inclusion” envers les “familles arc-en-ciel”.

Dans le message envoyé aux autres parents, une conseillère d’éducation a informé que cette ligne de conduite serait également maintenue lors de la fête des mères.Les enfants qui avaient déjà préparé des cadeaux et des pensées en vue de la célébration n’ont même pas pu les remettre à leurs familles .

L’adjointe à la ministre de la culture, a quand meme exprimé son indignation en précisant que « exclure la figure du père pour inclure celle des familles arc-en-ciel est paradoxal et résulte de l’ultime folie de la culture “woke” ».

En Italie comme partout en Europe , cette idéologie wokiste gagne du terrain et les formulaires d’inscription en ligne aux crèches municipales ont été modifiés pour mieux répondre à la ” singularité” des couples homosexuels.

L’abolition de la fête des pères et des mères est de plus en plus fréquente dans les écoles italiennes, officiellement motivée par des préoccupations à l’égard des sensibilités des élèves ayant des situations particulières, mais le recours à de telles raisons ne dissipe pas pour autant l’arrière-goût idéologique de ces décisions.

Maria d’Arienzo, professeur de droit canonique à la faculté”Federico II” de Naples, a observé qu’« une idée pédagogique d’inclusivité devient idéologique si elle nie la fête des pères ou des mères dans le but de véhiculer une idée de la famille différente de celle traditionnelle et naturelle ». « Le résultat », a-t-elle conclu, « est une pédagogie à rebours qui soustrait au lieu d’ajouter ».
Restons vigilants pour que ce phénomène, également bien présent en France, ne déclenche pas l’annulation de la prochaine fête des pères et de la prochaine fête des mères.

Adapté de La Bussola

Recevez chaque jour notre newsletter !

Lire aussi :