Depuis 2000 ans

Nouvelles découvertes exceptionnelles sur la Basilique du Saint-Sépulcre de Jérusalem

L’Église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, l’un des lieux les plus saints au monde pour les chrétiens est un site de pèlerinage important depuis le IVe siècle, dévoile de plus en plus de ses secrets. Les enquêtes archéologiques en cours liées à la restauration du sol de la basilique atteignent un tournant, avec de nombreuses surprises qui voient le jour.

La découverte la plus récente, et l’une des plus significatives, est survenue au cours des enquêtes menées lors de la deuxième moitié de juin dans la région devant l’édicule, le petit sanctuaire/tempel qui renferme le tombeau de Jésus situé au centre de la rotonde, sous la grande coupole de la basilique.

Les fouilles ont exposé les marches en marbre menant à l’édicule ainsi qu’un dépôt de pièces de monnaie, qui ont été frappées pour la dernière fois pendant le règne de l’empereur Valens (364-378). Cela permet aux archéologues de dater précisément l’édicule chrétien primitif de cette période.

Située dans le quartier nord-ouest de la vieille ville de Jérusalem, l’Église du Saint-Sépulcre est considérée comme le lieu de la crucifixion, de la mort et de la résurrection de Jésus. Constantin le Grand y a construit la première église, consacrée vers 336 après Jésus-Christ. Sa mère, sainte Hélène, y avait découvert une relique de la croix de la crucifixion du Christ.

Près de 300 ans plus tard, les Perses ont incendié l’église, après quoi elle a été restaurée, détruite à nouveau, puis restaurée à nouveau. Les croisés du XIIe siècle entreprirent une reconstruction du site, incluant une chapelle en l’honneur de sainte Hélène. Depuis lors, de fréquentes restaurations et réparations ont eu lieu.

D’autres découvertes qui ont émergé au cours de la première année de travail incluent les vestiges de la basilique liturgique chrétienne primitive, un chantier de construction de l’époque constantinienne, ainsi que les fondations du mur périphérique nord du complexe et le système de drainage d’eau dans la région nord-ouest de la rotonde, à côté de l’édicule.

Les archéologues ont également découvert que la carrière dans la partie sud de la rotonde, une zone située à l’extérieur des murs de la ville, était utilisée comme une grotte. Cette grotte a été démantelée au Ier siècle av. J.-C. et transformée en une zone agricole et funéraire.

“Nous acquérons une compréhension approfondie de toute la séquence stratigraphique [l’ordre et la position des couches de vestiges archéologiques], depuis l’utilisation de la carrière à l’époque pré-constantinienne jusqu’aux travaux de restauration pendant le mandat britannique [en Palestine]”, a déclaré Francesca Romana Stasolla, la responsable de l’équipe du Département des Sciences Anciennes de l’Université de Rome Sapienza chargée de la recherche archéologique, dans une interview accordée à CNA.

Stasolla a déclaré que son équipe peut désormais retracer “l’histoire matérielle complète du complexe religieux”.

Le récent plan de restauration du sol du Saint-Sépulcre, ainsi que les enquêtes archéologiques, structurales et hydrauliques simultanées, ont été décidés par les trois églises chrétiennes responsables de la basilique : les églises orthodoxe grecque, catholique romaine (Custodie de Terre Sainte) et apostolique arménienne. Les opérations sont coordonnées par le Bureau Technique Commun, un bureau d’experts représentant les trois communautés.

L’Université de Rome Sapienza est responsable des fouilles. En plus des archéologues du Département des Sciences Anciennes, l’équipe comprend également des ingénieurs, des historiens, des philologues, des géologues, des paléobotanistes et des archéobotanistes de la même université. L’équipe interdisciplinaire s’occupe, analyse et interprète tout ce qui émerge lors des fouilles.

adapté et traduis de cna.

Recevez chaque jour notre newsletter !

Lire aussi :