Un groupe de 90 prêtres, universitaires et auteurs catholiques exhorte les évêques et les cardinaux à rejeter la récente déclaration du Vatican soutenant les bénédictions des couples de même sexe, et à ne pas la mettre en pratique dans leurs diocèses.

Ces membres ont signé un « Appel filial » adressé aux dirigeants de l’Église, les enjoignant à interdire toute bénédiction pour les couples de même sexe dans leurs juridictions respectives, et à solliciter directement le pape François pour retirer le document en question. Ils affirment que cette déclaration, nommée Fiducia Supplicans, va à l’encontre de l’Écriture et de la Tradition de l’Église, et crée un scandale important.

La coalition souligne que le silence des cardinaux et évêques est inacceptable, compte tenu du sérieux du scandale déjà provoqué, qui risque de s’aggraver davantage si aucune action n’est entreprise pour y mettre fin. Ils insistent sur le fait que l’erreur provient du Siège Romain et risque de scandaliser tous les fidèles.

Quant à Fiducia Supplicans, la déclaration du Vatican du 18 décembre 2023, elle distingue entre les bénédictions liturgiques, qui ne sont pas autorisées pour les couples de même sexe, et les bénédictions pastorales, qui sont désormais permises, de leur coté les membres de la coalition contestent la validité de cette distinction pour justifier les bénédictions.

Les évêques à travers le monde ont des opinions divergentes sur la mise en œuvre de cette déclaration et son opportunité. Certains évêques ont une interprétation large, tandis que d’autres sont plus restrictifs, refusant de la mettre en application.

La lettre exprime également des objections à la tentative de créer une distinction entre les bénédictions liturgiques et pastorales, arguant que cette distinction est impossible. Ils soutiennent que toute bénédiction, qu’elle soit liturgique ou pastorale, implique une approbation, contrairement à ce que prétend la déclaration. Cette interprétation risque d’être perçue comme une acceptation des unions homosexuelles.

Les signataires insistent sur le caractère immuable des doctrines traditionnelles sur la moralité sexuelle et appellent les évêques et les cardinaux à témoigner clairement de la vérité dans cette situation controversée.

Parmi les signataires figurent des personnalités influentes telles que Thomas Ward, président de l’Académie Jean-Paul II sur la vie humaine et la famille, le Dr Michael Pakaluk de l’Université catholique d’Amérique, et le père Robert Sirico, président du St. John Henry Newman Institute et fondateur de l’Acton Institute.

Voici le contenu de cet appel filial :

“Appel filial À tous les Cardinaux et Évêques de l’Église Catholique

“Éminences, Excellences : Nous, soussignés, prêtres, universitaires, écrivains, vous écrivons à l’occasion du dernier document publié par le Dicastère pour la Doctrine de la Foi, la Suppliante Confiance, qui a suscité tant de scandale dans l’Église pendant la dernière période de Noël.

Comme il est bien connu, une part importante de l’épiscopat mondial l’a pratiquement rejeté, car il s’éloigne manifestement de l’Écriture Sainte et de la Tradition de l’Église. Vingt conférences épiscopales, des dizaines de prélats et même des cardinaux occupant les postes les plus éminents, tels que les cardinaux Müller et Sarah, ont exprimé leur jugement de condamnation sans équivoque. Les confréries du clergé catholique britannique, américain et australien ont également fait de même. Jamais dans l’histoire de l’Église catholique un document du Magistère romain n’avait suscité un rejet aussi fort.

En effet, malgré la confirmation explicite de la doctrine traditionnelle de l’Église sur le mariage contenue dans le document, la pratique pastorale qu’il permet est en contradiction directe avec celle-ci. Le document a été favorablement accueilli par les quelques épiscopats et prélats qui depuis des décennies réclamaient un changement dans la doctrine sur la morale sexuelle. Il est évident que le message pratique que cette nouvelle déclaration transmet est beaucoup plus en phase avec le programme et les idées de ceux qui veulent changer la doctrine qu’avec la doctrine elle-même que le document prétend vouloir maintenir intacte.

Le document introduit en réalité une séparation entre doctrine et liturgie, d’une part, et pratique pastorale, d’autre part. Mais cela est impossible. En effet, l’action pastorale, comme toute action, suppose toujours une théorie, et donc, si la pastorale fait quelque chose qui n’est pas en harmonie avec la doctrine, ce qui est proposé est en réalité une doctrine différente. La bénédiction (qu’elle soit “liturgique” ou “pastorale”) d’un couple est, pour ainsi dire, un signe naturel. Le geste concret dit naturellement quelque chose et a donc un effet de communication naturel et immédiat qui ne peut pas être artificiellement modifié par les subtilités du document. De plus, une bénédiction, en tant que telle, dans le langage universel de l’humanité, implique toujours une approbation de ce qui est béni. Ainsi, le signe concret donné avec de telles bénédictions, devant le monde entier, est que les “couples irréguliers”, qu’ils soient extraconjugaux ou homosexuels, seraient désormais, selon l’Église catholique, agréés par Dieu, précisément dans le type d’union qui les configure en tant que couples.

Il n’est pas non plus sensé de séparer “couple” et “union”, comme l’a tenté de le faire le cardinal Fernández, car le couple est un couple en raison même de l’union qui lui donne existence. Le fait que d’autres circonstances accidentelles significatives (comme le temps, le lieu ou les décorations, telles que les fleurs et les robes de mariée, etc.) soient exclues de l’acte ne change pas la nature de l’acte lui-même, car le geste essentiel et central persiste. De plus, nous savons tous par expérience à quel point ces “restrictions” ont de la valeur et de la durabilité. Le fait décisif est qu’un prêtre bénit deux personnes qui se présentent comme un couple, et précisément un couple défini par leur relation objectivement pécheresse. Par conséquent (indépendamment des intentions et des interprétations du document, ou des explications que le prêtre tentera de fournir), cette action sera le signe visible et tangible d’une doctrine différente, en contradiction avec la traditionnelle.

Nous rappelons que la doctrine traditionnelle en la matière doit être considérée comme infaillible, car elle est confirmée de manière incontestable par l’Écriture Sainte et la Tradition, une tradition universelle et ininterrompue, ubique et semper. Et il faut aussi rappeler que cette doctrine est une doctrine de loi naturelle, qui n’admet pas de changements. En pratique, les fidèles ne seront même pas au courant des justifications théoriques subtiles introduites par la Déclaration, encore moins de celles qui ont été ajoutées ultérieurement dans l’éclaircissement de la Déclaration.

Le message qui a été effectivement lancé et que le peuple de Dieu et le monde entier recevront inévitablement et reçoivent déjà est le suivant : L’Église catholique a finalement évolué et accepte désormais les unions homosexuelles et, plus généralement, les unions extraconjugales. Une telle situation justifie pleinement le rejet catégorique de nombreuses conférences épiscopales et de nombreux prélats, de nombreux théologiens et de nombreux laïcs.

Dans ce contexte, il n’est absolument pas justifié, en particulier pour un cardinal ou un évêque, de rester silencieux, car le scandale qui s’est déjà produit est grave et public et, laissé à lui-même, deviendra inévitablement plus grave et profond. La menace n’est pas moindre, mais d’autant plus grande et plus grave, car l’erreur émane de la propre Chaire Romaine.

Cette erreur est destinée à scandaliser les fidèles, en particulier les petits et simples fidèles qui n’ont pas moyen de s’orienter et de se défendre dans une telle confusion : “Celui qui scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui attache une meule autour du cou et qu’on le jette dans la mer” (Mt 18,6). Les pasteurs et tous ceux qui ont une responsabilité dans l’Église ont été établis comme des sentinelles : “Si la sentinelle, en voyant venir l’épée, ne sonne pas de la trompette pour avertir le peuple, et que l’épée survienne et frappe quelqu’un d’entre eux, celui-ci périra à cause de son iniquité, mais je redemanderai son sang à la sentinelle” (Ez 33,6).

À la lumière de tout cela, nous vous supplions instamment : (1) Suivez l’exemple courageux de nombreux frères évêques dans le monde : interdisez immédiatement l’application de ce document dans vos diocèses respectifs. (2) De plus, demandez directement au Pape de révoquer rapidement ce document malheureux, qui contredit à la fois l’Écriture et la Tradition continue de l’Église, et qui suscite clairement un grave scandale.

En cette période difficile, une parole claire de vérité sera le meilleur exemple de votre dévouement courageux et fidèle au peuple de Dieu qui vous a été confié, un signe de fidélité à la véritable mission du Saint-Siège et en même temps la meilleure façon de collaborer avec le Pape lui-même, une “correction fraternelle” éloquente, dont il a un besoin urgent en cette dernière période critique de son pontificat et de sa vie.

Si vous réagissez rapidement, il y a encore un espoir de sauver ce pontificat et la personne même du Pape d’une tache qui sinon pourrait peser indélébilement sur lui, non seulement dans l’histoire, mais aussi dans l’éternité.

ATTENTION : Pasteurs, religieux, chercheurs, professeurs, médecins et autres personnes qualifiées peuvent ajouter leur signature à cette liste au cours des deux prochaines semaines. Veuillez indiquer votre nom, vos qualifications, votre poste et votre lieu de résidence, d’ici le 15 février, à filialappeal@gmail.com. Une liste définitive de tous les signataires sera publiée le 17 février.”

Source aci

Print Friendly, PDF & Email


Je soutiens Tribune Chrétienne


Recevez chaque jour notre newsletter !


Print Friendly, PDF & Email