Depuis 2000 ans

Disney préfère l’avortement aux congés parentaux

La société de streaming Hulu, propriété de Disney, a réduit les prestations de congés de maternité et de paternité de ses employés, moins de trois mois après avoir annoncé qu’elle paierait les voyages de ses travailleurs cherchant à avorter.

C’est ce qu’a indiqué le Wall Street Journal (WSJ), dans un article écrit sur la base d’une enquête de la Society for Human Resources Management (SHRM), menée auprès de trois mille employeurs.

Le WSJ indique que le congé paternité payé est passé de 44% à 27% entre 2020 et 2022.

Devon Richey, un employé de Hulu au Texas, a déclaré au WSJ que le congé de paternité était un élément d’inquiétude alors qu’il envisageait avec sa femme d’avoir un enfant. Etant donné que la société Disney a réduit le congé de paternité de 20 à 8 semaines, il est pour eux indispensable d’envisager une garde d’enfants à temps plein.

“Si mon travail coupe mon congé de paternité, comment vais-je pouvoir subvenir aux besoins d’un enfant si je ne suis pas mieux payé ?”a demandé Richey.

La garde d’enfants, y compris les baby-sitters et les garderies, explique le WSJ, est l’un des coûts les plus importants pour les familles aux États-Unis.

Onze États – dont la Californie, le Massachusetts et New York – ont des lois qui obligent les employeurs à payer le congé de paternité, tandis que 39 États ne le font pas.

De son coté, Disney a envoyé un message interne à tous ses employés le 24 juin 2022, suite à la décision de la Cour suprême concernant l’avortement aux États-Unis, et a promis de payer leurs frais de voyage s’ils souhaitent se faire avorter.

La société a assuré que:

“notre entreprise reste déterminée à supprimer les obstacles et à fournir un accès complet à des soins de qualité et abordables à tous nos employés (…) et leurs familles. Cela inclut la planification familiale et les soins reproductifs, quel que soit l’endroit où ils vivent”.

Parmi les entreprises qui ont accepté de payer les frais de déplacement de leurs travailleurs pour les avortements, citons Starbucks, Amazon et Tesla.

Un article réalisé avec aciprensa.

Recevez chaque jour notre newsletter !