Depuis 2000 ans

L’histoire d’un Pape passionné de musique

Il y a cinq siècles, le 19 novembre 1523, après cinquante jours de conclave, fut élu le “pape malheureux” :, de son nom Giulio de’ Medici (1478-1534). Né à Florence 45 ans plus tôt, en 1513, il devient archevêque de Florence, en 1517, cardinal et vice-chancelier de la Sainte Église romaine. Le deuxième pape de la famille Medici après Léon X († 1521) règne pendant près de onze ans dans une période difficile et tumultueuse, au point d’être appelé “le pontife malheureux” ou, comme nous l’avons mentionné au début, “pape malheureux”.

Trois énormes malheurs ont marqué son pontificat : le terrible “sac de Rome” en 1527 perpétré par les lansquenets, en grande partie luthériens, qui contraignent le Pape à se réfugier avec sa cour dans le fort imprenable du Castel Sant’Angelo ; le schisme anglican de 1534, pour avoir refusé à Henri VIII († 1547), roi d’Angleterre, de se marier en secondes noces avec la courtisane Anne Boleyn († 1536) ; et la propagation de l’hérésie luthérienne.

Se rapprochant de Charles Quint († 1558), sur la tête duquel il place la couronne impériale à Bologne en février 1530, Clément VII favorise le retour des Medici à la tête du gouvernement de Florence. Il est décédé à Rome le 25 septembre 1534. “Clément VII fut un pape d’une mémoire funeste, mais d’une constance invincible dans les calamités. S’il fut chanceux en tant que cardinal, il fut malheureux en tant que pape” (Gaetano Moroni, Dictionnaire d’érudition historique et ecclésiastique, vol. XIV, Venise, 1842, p. 42).

Le deuxième pape Medici était un ami de la littérature, de l’art et de la musique.

En particulier, il accordait une grande attention à sa chapelle musicale. Les chanteurs sous le règne de Martin V († 1431) étaient au nombre de 12, ceux de Pie II († 1464) environ 18, et ceux de Léon X († 1521) dépassaient les 30. Un rapport de la commission d’examen des chanteurs pontificaux précise que sous le règne de Clément VII, la taille idéale du chœur a été fixée à 24 membres, soit sept sopranos, sept altos, six basses et quatre ténors.

“Mais comme il était un expert en musique, le Pape lui-même examinait l’admission des chanteurs, et ainsi, pendant son temps, la chapelle a été mise en valeur et embellie, tant en ce qui concerne les voix que la compétence des chanteurs” (Bibliothèque Apostolique Vaticane, Fonds de la Chapelle Sixtine, 657, fol. 7r-v).

“Expert en musique” ?

Apparemment, Clément fut le plus grand connaisseur de musique parmi les papes du XVIe siècle et se délectait à l’écouter. En parlant de Clément, l’ambassadeur vénitien Antonio Surian († 1542) écrit que la musique était “une art qui lui était très propre ; de sorte que la rumeur dit que le pape était l’un des bons musiciens qui existent actuellement en Italie” (E. Alberi, Relations des ambassadeurs vénitiens auprès du Sénat, Série II, Vol. III, Florence 1846, p. 278).

Un épisode révélateur de la capacité critique du Pape apparaît dans “La Vie écrite par lui-même”, dictée par l’orfèvre et sculpteur Benvenuto Cellini, entre 1558 et 1565, à son apprenti Michele di Goronella. L’auteur raconte avoir été invité par sept joueurs de cornet pontificaux à “les aider pour le jour de la Fête-Dieu à sonner du cornet avec mon cornet quelques motets qu’ils avaient choisis”.

Très impressionné par le talentueux cornettiste, au point de “dire qu’il n’avait jamais entendu de musique plus douce et mieux interprétée”, Clément VII offre à Cellini une place permanente “parmi les autres musiciens”.

La voix de Clément VII apparaît également dans une lettre du 11 mars 1518, adressée par Baldassarre Turini († 1543), datario pontifical, à monseigneur Goro (Gregorio) Gheri, secrétaire de Lorenzo de’ Medici : le cardinal Giulio “a chanté sa première messe ce matin, et l’a prononcée et chantée si bien que tous les cardinaux, prélats et autres qui étaient dans la chapelle en ont été étonnés […], et il l’a chantée avec une voix sonore, claire et intelligible” (Archivio di Stato di Firenze, Mediceo avanti il Principato, Filza 144, doc. 67, c. 185 r).

Le sac de Rome en 1527 fut également fatal pour les chanteurs des chapelles musicales romaines, tant celle du Pape que celles des basiliques récemment fondées ou reconstituées (Lateranense, Giulia et Liberiana) : de nombreux chanteurs furent dispersés ou périrent. Pour rétablir son chœur, à l’automne 1528, Clément VII envoya Jean Conseil († 1535), chanteur pontifical depuis 1513 et compositeur, recruter de nouveaux chanteurs en France et dans les Flandres.

Dans une lettre du 19 novembre 1528, il est mentionné que Conseil avait trouvé en Flandre “cinq ou six bons ténors, et parmi eux un excellent soprano d’âge [un falsettiste] et un bon contrebassiste, et ici [à Paris] il a trouvé un bon ténor” (Fr. X. Haberl, Die Römische “Schola cantorum” und die Päpstlichen Kapellsänger bis zur Mitte des 16. Jahrhunderts, Leipzig 1888, p. 73).

Parmi les compositeurs qui faisaient partie des chanteurs pontificaux, se distinguait Costanzo Festa († 1545), qui a servi dans le chœur de 1517 jusqu’à sa mort. “Connaissant attentivement la production sacrée des maîtres franco-flamands, Festa a écrit une quantité notable de compositions liturgiques, devenant le plus important polyphoniste italien avant Palestrina” (G. Ciliberti, Une nouvelle source pour l’étude des hymnes de C. Festa et G. P. da Palestrina, dans Revue belge de musicologie, 1992, p. 149). Son Miserere de 1517, qui alterne entre le chant grégorien et le faux-bourdon à quatre et cinq voix, servira également de modèle pour celui, plus célèbre, de Gregorio Allegri († 1652).

Presque plus par curiosité que par étude, nous rappelons que le personnage de Clément VII chante avec une voix de basse dans le dernier acte de “Benvenuto Cellini”, une opéra semi-série en deux actes d’Hector Berlioz († 1869) sur un livret en français de Léon de Wailly († 1864) et Henri Auguste Barbier († 1882). C’est un mélodrame qui, malgré l’admiration de Franz Liszt († 1886), en raison des incohérences historiques, des difficultés scéniques, orchestrales et vocales, n’est jamais devenu populaire, à l’exception de l’ouverture et du “Carnevale romano”, souvent joués en concert.

Clément VII fut un pape “d’une mémoire funeste”, “très malheureux”, c’est vrai ; cependant, il a réorganisé la chapelle pontificale (trop nombreuse sous Léon X et trop réduite sous Adrien VI) et a cherché à s’assurer que les chanteurs admis étaient compétents.

adapté de nuova Bussola

Recevez chaque jour notre newsletter !