Depuis 2000 ans

L’odyssée éthiopienne pour reconstituer des manuscrits anciens

Doté d’un stylo en bambou et de mains habiles, Zelalem Mola, un prêtre orthodoxe éthiopien, recopie méticuleusement des textes dans la langue guèze ancestrale à partir d’un livre religieux, sur un parchemin fait de peau de chèvre. Cette tâche minutieuse a pour but de préserver une tradition ancienne tout en rapprochant le prêtre de Dieu, âgé de 42 ans.

À l’Institut Hamere Berhan à Addis-Abeba, des prêtres et des fidèles s’attellent avec diligence à la reproduction de manuscrits religieux et d’œuvres d’art sacrées, dont certains ont plusieurs siècles. Situé dans le quartier de Piasa, au cœur historique de la capitale éthiopienne, cet institut prépare les parchemins, les stylos et les encres utilisés dans le processus.

Yeshiemebet Sisay, 29 ans, chargée de la communication à Hamere Berhan, explique que le projet a débuté il y a quatre ans en raison de la disparition de précieux manuscrits éthiopiens en parchemin. Elle déclare :

“Ces œuvres d’une grande valeur sont principalement conservées dans les monastères, où les prières et les chants religieux sont exclusivement réalisés sur parchemin, et non sur des manuscrits en papier.

Cependant, cette tradition est en train de disparaître rapidement… Nous avons pensé qu’en apprenant les compétences de nos prêtres, nous pourrions travailler nous-mêmes sur la préservation de ces manuscrits, et c’est ainsi que nous avons commencé.”

Dans la cour de l’institut, les ouvriers étirent précautionneusement les peaux de chèvre sur des cadres métalliques, les laissant sécher sous un soleil pâle qui peine à percer un ciel laiteux. Tinsaye Chere Ayele, un travailleur âgé de 20 ans, explique le processus : “Après avoir trempé la peau de chèvre dans l’eau pendant trois à quatre jours, nous faisons des trous sur le bord de la peau et nous l’attachons au cadre métallique pour qu’elle puisse s’étirer. Ensuite, nous retirons l’excès de graisse de l’intérieur de la peau afin de la nettoyer.” Une fois nettoyées et séchées, les peaux sont débarrassées des poils de chèvre et découpées aux dimensions souhaitées, pour servir de pages de livre ou de supports pour la peinture.

Yeshiemebet mentionne que la plupart des manuscrits sont commandés par des particuliers qui les offrent ensuite à des églises ou des monastères. Certains clients commandent de petites collections de prières ou de reproductions de peintures représentant des œuvres anciennes éthiopiennes. Yeshiemebet ajoute : “Les petits livres peuvent prendre de un à deux mois. Si c’est un effort collaboratif, les grands livres peuvent prendre de un à deux ans.”.

Recevez chaque jour notre newsletter !