Depuis 2000 ans

[ RECTIFICATIF] Suite article bombardement cathédrale ODESSA

https://t.me/odessa_typical/31353?single

” Les photos de la Cathédrale de la Transfiguration à Odessa permettent de confirmer qu’elle a bien été touchée par un missile de défense anti-aérienne.

On voit clairement à l’intérieur des trous laissés par des éclats de taille identique, typique des missiles anti-aériens,

qui contiennent ce type de shrapnels (éléments de frappe). La direction de propagation de ces shrapnels est aussi typique de ces missiles. Colonel Cassad pense qu’il s’agit très probablement d’un S-300.

La photo aérienne montre un niveau de destructionn qui est clairement très inférieur à celui d’un missile type Onyx ou Kalibre. Si la Cathédrale avait été touchée par un tel missile, il manquerait la moitié du bâtiment !

Mais comme toujours, Kiev a besoin de présenter la Russie comme la méchante de l’histoire… Alors on fait dire n’importe quoi aux images.

https://t.me/odessa_typical/31352

La cathédrale de la Transfiguration, emblème religieux d’Odessa, la troisième plus grande ville d’Ukraine située sur les rives de la mer Noire, a subi une terrible destruction lors d’une attaque perpétrée par les forces russes au cours de la nuit du samedi 22 au dimanche 23 juillet. L’édifice religieux historique s’est effondré, causant la mort de deux personnes et blessant une vingtaine d’autres.”

[ARTICLE TRIBUNE CHRETIENNE du 23 juillet 2023]

[ Odessa] la cathédrale de la Transfiguration réduite en ruines par les bombardements

Le Pape François a exprimé ses condoléances et ses prières pour l’Ukraine, pays continuellement meurtri par les conflits et les dévastations. Devant 20 000 fidèles rassemblés place Saint-Pierre, il a appelé à prier pour la paix, en particulier pour cette nation martyrisée.

L’attaque qui a frappé Odessa a été qualifiée de “crime de guerre” par le ministère ukrainien des Affaires étrangères. Dix-neuf missiles russes ont été tirés sur la ville, causant également des dommages humains et matériels importants. La cathédrale de la Transfiguration, située dans le centre historique et classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, a été détruite, suscitant une condamnation ferme de diverses chancelleries occidentales, dont celles de Rome et de Paris.

Cette cathédrale, de style russo-byzantin, avait été fondée à la fin du XVIIIe siècle par un architecte italien et avait servi d’inspiration pour la construction d’autres édifices religieux en Europe orientale.

Cependant, ce n’était pas la première fois qu’elle subissait une telle destruction. Dans les années 1930, les communistes soviétiques l’avaient déjà démolie, mais elle avait été reconstruite dans le cadre du “Programme de reconstruction des monuments remarquables et perdus de l’histoire et de la culture de l’Ukraine” à l’aube de l’an 2000. La cathédrale avait alors été consacrée en 2003.

Au fil de l’histoire, cette cathédrale avait été le lieu de sépulture du prince russe et maréchal Vorontsov, un personnage ayant combattu les troupes napoléoniennes. Elle avait d’abord été sous la juridiction de l’Église orthodoxe ukrainienne liée au patriarcat de Moscou, mais avait ensuite été rattachée à l’Église orthodoxe d’Ukraine, devenue autocéphale en 2018.

Les tensions en mer Noire, où la Russie conduisait des manœuvres militaires, s’étaient accrues suite à l’expiration d’un accord crucial permettant les exportations de céréales ukrainiennes. La ville d’Odessa, avec plus d’un million d’habitants, occupe une position stratégique en tant que port majeur pour le transit maritime dans la région. La destruction de plusieurs musées et bâtiments historiques du centre-ville d’Odessa avait déjà été fermement condamnée par l’UNESCO le 21 juillet précédent.

Odessa, une ville au carrefour de nombreuses cultures depuis des siècles, a été fondée en 1794 par un décret de l’impératrice Catherine II de Russie. Son architecture reflète un mélange d’influences françaises, italiennes et slaves, allant de la Renaissance à l’Art nouveau. Elle est réputée pour être un pôle culturel majeur de l’Ukraine, avec neuf théâtres et un opéra mondialement reconnu.

Source Vatican News

Recevez chaque jour notre newsletter !