Depuis 2000 ans

Peu importe l’orientation sexuelle pour devenir prêtre ?

Le prêtre Krysztof Olaf Charamsa et son compagnon Eduardo 2015

C’est le recteur du séminaire archidiocésain de Munich et de Freising (Allemagne), le P. Wolfgang Lehner, qui a affirmé cela lors d’une récente interview accordée au journal allemand Münchner Kirchenzeitung, relayée par Domradio le 7 février.

Le formateur a déclaré qu’il ne serait pas nécessaire de rejeter d’emblée les candidats homosexuels au sacerdoce.

“Le critère positif pour moi est le suivant : si quelqu’un peut établir des relations saines et bonnes avec les hommes et les femmes, pouvons-nous raisonnablement supposer que cela durera toute une vie ?”, a demandé le prêtre allemand.

Selon lui, plus important que l’orientation sexuelle est d’aborder la question de la sexualité dans son ensemble et d’observer toute la personnalité. Un candidat au sacerdoce, a-t-il poursuivi, doit avoir “une maturité humaine appropriée à son âge” et être capable de dialoguer.

Pour sa part, Andreas Beer, directeur du centre de formation pour les conseillers pastoraux de l’archidiocèse allemand, estime que les changements dans la législation du travail sont “un grand pas” qui ne concerne pas le droit canonique mais le civil.

“Donc pour nous, ce n’est pas un problème si quelqu’un est gay ou lesbienne, s’il a une relation gay-lesbienne ou s’il est marié”, a-t-il précisé.

De son coté, L’archevêque de Munich et de Freising, le cardinal Reinhard Marx, est également l’un des promoteurs du soi-disant Chemin synodal allemand, composé d’évêques et de laïcs favorables à l’ordination des femmes et à l’idéologie du genre ; a aussi demandé à Rome de “réexaminer” la discipline du célibat sacerdotal et de modifier la doctrine catholique sur l’homosexualité.

DR StreetPress

Rappelons que le 3 novembre 2005, sous le pontificat du pape Benoît XVI, la Congrégation pour l’éducation catholique – aujourd’hui Dicastère pour la Culture et l’Éducation – a publié l'”Instruction sur les critères de discernement vocationnel en relation avec les personnes ayant des tendances homosexuelles avant leur admission au séminaire et aux ordres sacrés”.

Le texte indique qu’il est “nécessaire d’affirmer clairement que l’Église, tout en respectant profondément les personnes concernées, ne peut pas admettre au séminaire et aux Ordres sacrés ceux qui pratiquent l’homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent la soi-disant culture gay”.

Des années plus tard, en décembre 2018, le pape François a abordé le sujet dans le livre d’entretiens La force de la vocation. La vie consacrée aujourd’hui.Dans ce livre, le Saint-Père a déclaré :

“l’Église recommande que les personnes ayant cette tendance [homosexuelle] profondément enracinée ne soient pas acceptées dans le ministère ou la vie consacrée. Le ministère ou la vie consacrée n’est pas leur place”.

En mai 2018 avec les évêques italiens, et en novembre 2023, lorsqu’il a reçu au Vatican les évêques espagnols pour traiter précisément de la question des séminaires, le Pape a réitéré sa position à ce sujet.

Quant aux prêtres et religieuses homosexuels, le Pape François les a encouragés à “leur rappeler d’observer intégralement le célibat et, surtout, à être extrêmement responsables, en veillant à ne jamais scandaliser ni leurs communautés ni le saint peuple fidèle de Dieu en menant une double vie. Il vaut mieux qu’ils quittent le ministère ou leur vie consacrée plutôt que de vivre une double vie”.

Source Aci

Recevez chaque jour notre newsletter !