Depuis 2000 ans

Saint Irénée de Lyon

évêque et martyr, docteur de l’Eglise (+ v. 201)

Irénée, originaire d’Asie Mineure comme beaucoup d’autres dans la vallée du Rhône, avait été disciple de saint Polycarpe de Smyrne, lui-même disciple de saint Jean l’Apôtre. Cela imprégna profondément son attachement à la tradition de l’Église, à la transmission fidèle du dépôt de la foi de génération en génération. Il s’installa à Lyon sans qu’on connaisse les raisons précises de son voyage, échappant miraculeusement à la grande persécution qui ravagea les Églises de Lyon et de Vienne.

Il est suggéré qu’il aurait pu être en mission à Rome pendant cette période tumultueuse. À la mort martyr de saint Pothin, évêque de Lyon, durant cette persécution, Irénée lui succéda et se dédia ardemment à la préservation de la paix au sein des Églises. Son attention fut particulièrement attirée par la propagation des doctrines gnostiques, pernicieuses pour la foi en niant l’Incarnation du Fils de Dieu.

Irénée étudia minutieusement ces doctrines, menant des enquêtes approfondies, posant des questions critiques et lisant avidement. Armé de cette connaissance approfondie de l’adversaire, il composa un traité majeur intitulé “Contre les hérésies”, visant à réfuter ces enseignements ésotériques. En parallèle, il plaida auprès du pape pour préserver l’unité de l’Église, évitant l’exclusion des communautés célébrant Pâques à une date différente de celle adoptée par l’Église romaine.

Irénée était connu sous le nom significatif de “le pacifique”, soulignant son engagement en faveur de l’harmonie et de l’unité ecclésiale. Son intelligence théologique, sa charité pastorale et son respect profond pour la Tradition apostolique brillent à travers ses œuvres. Il est reconnu comme le premier grand théologien de l’Église d’Occident et pourrait avoir terminé sa vie en martyr.

Source nominis

Recevez chaque jour notre newsletter !