C’est une véritable situation d’apartheid religieux qui commence à s’installer en Inde. Les chrétiens sont systématiquement persécutés en raison de leur foi en Jésus Christ. Le 22 février dernier, une religieuse a été humiliée avant d’être forcée de descendre d’un bus.Le nationalisme hindou semble tolèrer de moins en moins les autres religions.

Le diocèse catholique de Tura de l’État de Meghalaya, dans le nord-est de l’Inde, a donc déposé une protestation auprès du gouvernement de l’État contre l’humiliation et l’expulsion d’une religieuse d’un bus. La sœur Rose Mary, membre des Filles de Saint François de Sales, avait été forcée de descendre du bus lorsqu’elle se rendait de Duhnoi, dans le Meghalaya, à la région de Goalpara, dans l’État voisin d’Assam, alors qu’elle disposait d’un billet valide le 17 février.

L’évêque auxiliaire José Chirackal de Tura a déclaré à UCA News qu’ils avaient porté l’affaire à l’attention du ministre en chef du Meghalaya, Conrad K. Sangma, et demandé une enquête sur l’incident, tout en l’exhortant à en parler avec le ministre en chef de l’Assam, Himanta. Biswas Sarma.

“Quand la religieuse est montée à bord du bus et a commencé le voyage, il n’y avait rien d’inhabituel et c’était comme lors d’autres voyages dans le passé, mais après un certain temps, les co-passagers du bus ont commencé à se moquer d’elle à cause de son habitude et ont également fait des remarques désobligeantes à son sujet et sur sa foi religieuse », a déclaré Monseigneur Chirackal.

Après avoir été déposée dans un endroit isolé, elle a réussi à prendre un autre bus pour atteindre sa destination, a-t-il déclaré, ajoutant que l’incident l’avait traumatisée.

Le Meghalaya, à majorité chrétienne, est dirigé par le Parti populaire national laïc tandis que le parti pro-hindou Bharatiya Janta (BJP) est au pouvoir dans l’Assam. Ce dernier a connu une augmentation des menaces et du harcèlement des minorités chrétiennes par des groupes hindous radicaux alignés sur le BJP.

Récemment, un groupe hindou radical a demandé aux écoles chrétiennes de l’État de retirer tous les symboles religieux de leurs locaux. Il a été demandé aux prêtres et aux religieux catholiques de porter des vêtements traditionnels indiens au lieu d’habits religieux.

L’évêque Chirackal a affirmé qu’il existe un lien entre les menaces émanant de groupes hindous et l’humiliation de la religieuse.

Les dirigeants chrétiens ont exprimé leur consternation face au fait qu’en dépit des plaintes déposées auprès du gouvernement de l’État et des responsables de la police, aucune mesure n’a été prise contre les extrémistes hindous.

L’inaction visant à neutraliser les partisans de la ligne dure hindoue rendrait la vie des chrétiens du Meghalaya difficile, car ils dépendent de l’Assam pour divers besoins, notamment les soins médicaux et les voyages en avion, a déclaré Chirakal.

“Le gouvernement du Meghalaya a répondu positivement à notre plainte et les responsables de la police d’État ont pris la déclaration de la religieuse désemparée et ont promis d’en parler avec le gouvernement de l’Assam afin que rien de tel ne se reproduise”, a ajouté le prélat.

Environ 75 pour cent des quatre millions d’habitants de Meghalaya sont chrétiens, selon les données du gouvernement. En Assam, les chrétiens ne représentent qu’environ 3,74 pour cent d’une population estimée à 31 millions d’habitants.

Les chrétiens représentent 2,3 % des 1,4 milliard d’habitants de l’Inde à majorité hindoue.

Print Friendly, PDF & Email



Recevez chaque jour notre newsletter !


Print Friendly, PDF & Email