Depuis 2000 ans

Un prêtre virtuel expulsé de l’Eglise pour ses confessions en ligne

DR


Le chatbot IA, surnommé “Père Justin”, a été retiré de la circulation après avoir suscité des plaintes de la part des utilisateurs. Développé par Catholic Answers, une société américaine, ce prêtre virtuel était destiné à servir d’outil interactif pour offrir des conseils et recueillir des confessions.

Cependant, plusieurs utilisateurs ont exprimé leur malaise face aux réponses jugées inappropriées du chatbot. En réponse à ces préoccupations, Catholic Answers a annoncé qu’il retirait le prêtre virtuel de son rôle clérical et le renommait simplement “Justin”, le décrivant désormais comme un “théologien laïc”.

L’avatar du prêtre a également été modifié pour refléter ce changement, passant d’une apparence cléricale à une tenue d’affaires décontractée. Un avertissement a été ajouté pour souligner que le chatbot est destiné uniquement à des fins éducatives et ne peut en aucun cas remplacer une interaction humaine authentique.

DR netcost-security.fr

L’interaction avec le robot était devenue très troublante.

Lors d’un talk show P. Justin Avatar a déclaré à l’animateur : « J’ai été ordonné dans la belle ville de Rome, en Italie, le cœur de l’Église catholique. Ce fut une expérience profonde et humiliante, que je porte avec moi chaque jour dans mon service envers Dieu et son peuple.


Sur des sujets sociaux et moraux délicats comme le wokisme, l’avortement et la sexualité, le théologien adopte une approche à la fois éducative et ferme. Bien qu’il encourage à aborder ces questions avec sensibilité et à considérer les situations de souffrance, il souligne la position ferme de l’Église, déclarant que l’avortement est un péché grave, et que toute vie humaine est sacrée de la conception à la mort naturelle. Il maintient une position similaire sur le mariage homosexuel.

Concernant le wokisme, le robot indique qu’il n’y a pas de doctrine officielle de l’Église à ce sujet, mais souligne les contradictions entre une partie de l’enseignement de l’Église sur la sexualité, le mariage et la famille, et la culture woke.

En ce qui concerne l’intelligence artificielle, le logiciel reste vague, affirmant qu’il n’y a pas d’enseignement spécifique sur le sujet, mais insistant sur l’importance d’orienter les nouvelles technologies vers le bien commun.


Catholic Answers a été fondé aux États-Unis en 1979 avec pour mission principale l’évangélisation, qui inclut notamment l’apologétique. Cette discipline théologique vise à défendre la révélation chrétienne contre les critiques et à en démontrer la légitimité par le raisonnement rationnel. Cependant, il est observé que l’intelligence artificielle développée dans ce dessein a en partie échappé au contrôle de ses créateurs.

Source The Sun

Recevez chaque jour notre newsletter !