Il y a deux jours, des députés proches des ultra-orthodoxes au gouvernement ont présenté à la Knesset, l’assemblée nationale d’Israël, une loi pour interdire l’activité prosélyte des églises chrétiennes – notamment évangéliques – qui a été retirée suite aux pressions des milieux évangéliques qui sont, aux États-Unis, les principaux soutiens d’Israël.

Le texte de cette loi a pour motif de justifier l’interdiction de l’activité prosélyte des églises chrétiennes en Israël. Selon ce texte, les tentatives de groupes missionnaires, principalement chrétiens, pour solliciter la conversion de religion se sont multipliées récemment. Bien que certaines de ces tentatives soient légales selon la loi en vigueur, car elles n’impliquent pas de promesses monétaires ou de gains matériels, les nombreuses répercussions négatives, y compris les dommages psychologiques, justifient l’intervention du législateur.

Le texte propose donc d’interdire l’acte de sollicitation à se convertir à la religion, lorsqu’il est fait directement à une personne, ainsi que l’organisation de cérémonies de conversion religieuse de mineurs.

La peine proposée pour l’acte de sollicitation varie selon l’âge de la personne sollicitée, avec une peine maximale d’un an d’emprisonnement pour une personne majeure et deux ans pour une personne mineure. La proposition de loi prévoit également une peine plus sévère pour celui qui organise une cérémonie de conversion religieuse d’un mineur, portée à deux ans d’emprisonnement au lieu de six mois.

Bien que retirée, cette proposition de loi constitue un dangereux précédent.

Source : observatoire de la Christianophobie

Print Friendly, PDF & Email


Je soutiens Tribune Chrétienne


Recevez chaque jour notre newsletter !


Print Friendly, PDF & Email