Depuis 2000 ans

La Cathédrale de Canton, hommage au Cœur Sacré de Jésus

La plus grande cathédrale néo-gothique de la Chine et du sud-est asiatique
accueille tous les dimanches des fidèles du monde entier pour la Sainte Messe
en anglais, à laquelle s’ajoutent les Messes dominicales et en semaine, en
cantonais, mandarin et coréen.


Pourtant, c’est après 25 ans de travaux (interrompus en 1869 par l’ordre du
nouveau vice-roi et repris ultérieurement) que la « Cathédrale du Sacré-Cœur de
Jésus » de Canton sera consacrée.

La mission du Kouang-tong et du Kouang-si « comptait alors 2 000 chrétiens
ressemblant bien plus à des païens qu’à des adorateurs du vrai Dieu, trois
ou quatre chapelles, et deux écoles », écrit Mgr Philippe Zéphirin François
Guillemin sur l’état de la population chrétienne chinoise lors de son arrivée en
août, 1848.

Monseigneur Guillemin


Après une période de dix ans de lutte pour la conservation et le renforcement de
la présence de l’Eglise catholique sur les territoires qui lui ont été confiés, Mgr
Guillemin reçut les fonds nécessaires pour commencer les travaux de l’église. Il
s’agit de 500 000 francs donnés par Napoléon III, issus de ses deniers
personnels. Plus tard, en 1873, le Gouvernement français soutiendra également
la construction de la Cathédrale, par un financement de 75 000 francs.


Selon les plans de l’architecte français, Léon Vautrin, la Cathédrale appartiendra
au style néo-gothique et sera bâtie en granit.

Les fondations ont été mises sur le site de l’ancien prétoire du vice-roi, au centre
de Canton, aujourd’hui au 56 Yide Lu. C’est pour la compensation des chapelles
catholiques détruites que le Gouvernement chinois a offert à Mgr Guillemin la
possibilité d’édifier la Cathédrale en ce lieu d’une grande importance historique.
C’est ainsi qu’à la date de 18 juin 1863 ont été posées les fondations de la
cathédrale. Les travaux ont commencé le 26 août. Deux pierres des catacombes
de Rome ont été choisies pour débuter cette grande œuvre, étant nommées
« Jérusalem 1863 » et « Roma 1863 ». Au-dessous de chacune, on a placé un
peu de terre venant des villes respectives. La cérémonie d’inauguration a eu lieu
le 8 décembre 1863, pour la Fête de l’Immaculée Conception.

Bâtiment de la Mission

Mgr Guillemin n’aura malheureusement pas la joie de voir la Cathédrale
achevée. Retiré en France les dernières années de sa vie, le missionnaire français
mourut à l’âge de 72 ans, à Besançon, le 5 avril 1886.
La responsabilité des travaux reviendra alors au successeur de Mgr Guillemin,
l’Evêque Augustin Chausse
. La consécration de la « Cathédrale du Cœur Sacré
de Jésus » eût lieu en 1888, après 25 années de travail.
Sa façade a été inspirée par celle de la Basilique « Sainte-Clotilde » de Paris. La
nef et le chœur rappellent de l’architecture de la Cathédrale « Saint-Etienne » de
Toul. La Cathédrale du Sacré-Cœur renvoie dans son ensemble, à la
grandeur de Dieu.
Elle reste un véritable témoignage du dévouement de Mgr Guillemin à la
mission qui lui a été confiée par l’Eglise. C’est de ce même dévouement du
préfet apostolique et de ses prêtres que témoignent le développement de la
Mission. Celle-ci a passé de deux à 60 écoles et deux grands orphelinats, de
deux ou trois chapelles à plus de 100 et, en fin, de 2000 chrétiens, en 1848, à
21882, en 1881.

Cathédrale vue du port de Canton

Mais, au de-là de toutes ces bonnes œuvres, l’essentiel est compris dans le nom
même de la cathédrale. Elle doit rester, avant tout, le symbole de la volonté de
Notre Seigneur que Son Cœur Sacré et donc, Son Amour parfait, règnent dans le
monde et dans l’âme de chacun de ses fils.


« En vous montrant Mon côté ouvert sur la croix, Je voulus que vous
aperceviez le secret de Mon Cœur afin que vous voyiez que j’aimais
beaucoup plus que je ne pouvais le montrer avec Ma souffrance finie. »

dit Notre Seigneur à Sainte Catherine de Sienne.

A VOIR :

Recevez chaque jour notre newsletter !