Depuis 2000 ans

La Syrie, terre d’exil des chrétiens

C’est l’une des plus anciennes communautés chrétiennes au monde. Au Ier siècle après Jésus-Christ, Damas était l’une des premières régions à accueillir le christianisme sous le ministère de Saint Pierre. Avec l’expansion de l’empire islamique des Omeyyades en Syrie et en Anatolie, les non-musulmans qui conservaient leur religion d’origine devaient payer une taxe équivalente à la Zakat islamique et étaient autorisés à garder leurs terres.

De nos jours, le christianisme regroupe différentes Églises. Il reste à peu près 40.000 chrétiens à Alep : catholiques, orthodoxes et protestants confondus. Des messes ont lieu tous les dimanches et les écoles des districts à prédominance chrétienne ont le samedi et le dimanche comme week-end – alors que le week-end officiel syrien tombe le vendredi et le samedi.

De nombreux chrétiens sont même fonctionnaires tandis que certains sont des membres du parlement ou des ministres du gouvernement ; d’autres enfin, sont officiers dans les forces armées syriennes.

La grande majorité des catholiques appartient à l’Église gréco-catholique melkite, qui a été créée à la suite d’un schisme au sein de l’Église grecque orthodoxe, à la suite d’une élection contestée au siège patriarcal d’Antioche en 1724. D’autres Églises chrétiennes en union avec Rome comprennent les Maronites, les Syriaques catholiques, les Arméniens, les Chaldéens et un petit nombre de catholiques de rite latin. Parmi les Églises catholiques orientales, la plus ancienne est celle des Maronites, dont les liens avec Rome remontent au moins au XIIe siècle.

Durant la guerre, les minorités chrétiennes syriaques ont été particulièrement touchées. Deux régions en particulier, celle de Ninive (province de Mossoul) en Irak… et celle du Khabour (province de Djézireh) en Syrie du nord-est.

Les chrétiens ont été victimes d’attaques criminelles, d’enlèvements d’innocents, des villages entiers ont été pillés et vidés de leur population par les groupes terroristes de l’état islamique.

Aujourd’hui la Syrie compte environ 638 000 chrétiens, soit environ 3,3 % d’une population de 19,6 millions d’habitants.

Dans les zones où les groupes extrémistes islamiques sont encore actifs, toute expression publique de la foi est dangereuse. Partager l’Évangile est très risqué et les bâtiments de l’église ont souvent été complètement détruits.

L’enlèvement de responsables religieux continue d’avoir un impact catastrophique sur la communauté chrétienne. Cependant, de plus en plus de chrétiens sont issus de la conversion de la religion musulmane et cela en fait des cibles supplémentaires, y compris dans leur propre famille qui les rejettent.

Une femme convertie chrétienne, mariée à un musulman, est susceptible de subir un divorce et de perdre la garde de ses enfants, car la charia (loi islamique) stipule que les droits sont accordés au parent musulman.

Le pays d’Abraham verra-t-il un jour le retour de ses exilés chrétiens ?

A VOIR : images d’archives France 24.

Recevez chaque jour notre newsletter !