La France se trouve actuellement en plein débat sur l’intégration du droit à l’avortement dans sa Constitution. Après un vote favorable à l’Assemblée nationale avec une large majorité de 493 voix pour et seulement 30 contre, le Sénat est appelé à se prononcer sur cette question. Cette initiative a suscité de nombreuses réactions contraires , notamment dans le contexte d’un récent discours du Pape François prononcé lors de son voyage à Marseille, où il a appelé à la vie, à l’accueil et à la fraternité.

Massimiliano Menichetti de Vatican News évoque ce discours où le Pape a exprimé

…son inquiétude face à ce qu’il a décrit comme des “fléaux de cynisme et de résignation” qui imprègnent nos sociétés, exhortant chacun à faire confiance au Seigneur et à reconnaître la valeur de chaque vie humaine, qu’il s’agisse de migrants en détresse en pleine mer ou d’enfants à naître.

Pourtant, quelques mois seulement après cette déclaration d’espoir, l’Assemblée nationale française a approuvé l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution.

Le Pape François a régulièrement rappelé sa position sur cette question, qualifiant l’avortement de “meurtre” lors de plusieurs occasions:

«L’avortement est un meurtre», a clairement déclaré François aux journalistes sur le vol de retour de Slovaquie en septembre il y a trois ans.

Source Vatican News

Il a souligné la contradiction morale de protéger les droits de la personne tout en autorisant la pratique de l’avortement. Dans un monde où la technologie permet de comprendre le développement humain dès sa conception, le Pape a interrogé la société sur la justesse de prendre la vie humaine pour résoudre des problèmes.

Les évêques français ont également exprimé leurs préoccupations quant à cette modification constitutionnelle, soulignant que toute vie est un don précieux et doit être protégée de sa conception à sa fin naturelle. Ils ont plaidé en faveur d’une culture de l’accueil et du soutien aux femmes enceintes en difficulté, soulignant que de nombreuses vies pourraient être sauvées si ces femmes recevaient un soutien adéquat sur les plans économique, juridique, psychologique, religieux et social.

Dans un monde marqué par la violence et la polarisation politique, le Pape exhorte à voter des lois et à modifier des constitutions en faveur de la vie plutôt que de la mort.

Il souligne l’importance d’investir dans des structures capables d’apporter soutien et réconfort dans les situations de souffrance et de crise, construisant ainsi des sociétés basées sur une authentique culture de l’accueil, du partage et de la paix.

Source Vatican News

Print Friendly, PDF & Email


Je soutiens Tribune Chrétienne


Recevez chaque jour notre newsletter !


Print Friendly, PDF & Email